Journaliste chroniqueur à Sidwaya, Alexis Pengwendé Yaméogo alias Clément Zongo, a dédicacé son premier roman intitulé Moah le fils de la folle, le samedi 2 février 2019 à Ouagadougou.

De passage un jour au marché de Katr-Yaar juin 2016, Alexis Pengwendé Yaméogo alias Clément Zongo, surprend une scène : des femmes cajolant et finissant par forcer un enfant d’environ cinq ans, pleurant à chaudes larmes pour qu’il accepte de rester avec sa mère, une malade mentale. Des informations qu’il colmate sur place, il ressort qu’habituellement le gamin est « attaché » à sa génitrice.  Touché par la scène, Alexis Pengwendé Yaméogo se demande ce qui a bien pu se passer dans le mental de l’enfant ce jour-là pour qu’il fuit sa mère. De l’émotion, du bouleversement et de l’interrogation de Clément jaillira le roman Moah le fils de la folle qui a reçu le premier prix du Grand prix national de littérature (GPNAL) à la 19e édition de la Semaine nationale de la culture et que l’auteur a dédicacé, le samedi 2 février 2019, à Ouagadougou. Dans l’œuvre, M. Yaméogo part de ce qu’il a vu pour imaginer un destin à Moah qui sera recueilli et éduqué par un catéchiste et deviendra à la fin de l’intrigue président de la République du Gomboland.  Par cette œuvre, celui qui a pris comme nom de plume Clément Zongo (prénom de son père et nom de jeune fille de sa mère) veut rendre hommage à tous les enfants déshérités, à toutes les femmes malades mentales vivant dans la rue et que des gens, peut-être pas fous, enceintent. Dans la présentation du roman, le Pr Yves Dakouo, professeur de sémiotique à l’université Ouaga I Pr Joseph-Ki-Zerbo, a indiqué que l’ouvrage confirme le talent littéraire d’Alexis Pengwendé Yaméogo, jusque-là homme de Lettres. « On ne peut pas ne pas s’émouvoir à la lecture du roman à moins de ne pas appartenir à l’espèce humaine », a estimé le Pr Dakouo. Pour lui, l’une des réussites du désormais romancier est d’avoir su saisir la fibre émotive de l’être humain grâce à l’art consommé de la description. « Le réalisme physique des espaces et la vérité psychologique des personnages sont tels que la description atteint son niveau le plus élevé qui est l’hypotypose, situation dans laquelle le lecteur a l’impression non pas de lire mais de regarder un film », a opiné le présentateur. Selon lui, Moah le fils de la folle invite à réfléchir à la société, aux modes d’existence qu’on voudrait lui donner. Et d’ajouter que c’est un pamphlet contre la mauvaise gouvernance sociale, économique, politique. « C’est une métaphore des différentes formes d’exclusion sociale et de marginalisation », a soutenu le professeur de sémiotique. Pour sa part, Soumaïla Sako, représentant du parrain, directeur de cabinet du ministre en charge de l’action sociale, a indiqué que l’histoire du roman n’est pas une simple caricature de la réalité mais plutôt le quotidien même de la société vu sans complaisance et sans retenue. « Le roman vient à point nommé car il interroge notre conscience et notre sens de l’éthique. C’est une invite à la solidarité, un appel à l’humanisme », a soutenu M. Sako, tout en félicitant l’auteur et l’encourageant à user de sa plume pour semer l’empathie dans le cœur des hommes.  “Moah le fils de la folle” est vendu au prix unitaire de 5 000 F CFA dans les librairies de la place.

Jean Philibert SOME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.