Dans le cadre de la coopération décentralisée, les communes de Boussé au Burkina Faso et Loué en France ont scellé un partenariat gagnant-gagnant. La cérémonie de signature de la charte de jumelage a eu lieu, le mardi 5 février 2019, à Boussé. Les deux maires entendent, par le truchement de leur amitié, œuvrer dans divers secteurs de développement pour l’épanouissement de leurs populations respectives.

 C’est désormais chose faite. La commune de Boussé est jumelée à celle de Loué, localité située à l’Ouest de la France. La cérémonie de signature de la charte de jumelage a eu lieu, le mardi 5 février 2019, à Boussé. La formalisation de leurs relations d’amitié marque du même coup le début d’un partenariat qui se veut gagnant-gagnant.  « C’est un point de départ pour une coopération fructueuse entre les deux communes », a affirmé Nicolas Sawadogo, maire de Boussé. Pour lui, l’importance de ce jumelage n’est plus à démontrer. Il fonde l’espoir que ce partenariat apportera un plus au développement de sa commune. A l’écouter, les attentes sont fortes. La question de l’emploi liée à l’implantation d’usines en passant par l’aménagement du territoire communal, sont, entre autres défis, à relever. « Nous envisageons, par le truchement de ce jumelage, inverser la tendance au niveau de la commune », a-t-il soutenu. De son avis, c’est une relation d’échanges, de complémentarité et de partage d’expériences dans des domaines comme la culture, l’artisanat, la technologie…En revanche, en foulant le sol burkinabè, le maire de Loué, Dominique Croyeau et les 16 autres membres de sa délégation ont été impressionnés par une chose : la chaleur humaine. Fort de ce constat, le maire Croyeau dit attendre beaucoup de ce jumelage, notamment dans le domaine social. « Vous pouvez nous apportez des richesses humaines», a-t-il dit. En attendant, Dominique Croyeau veut avoir une idée claire des besoins de la commune de Boussé avant toute action.

Des attentes de part et d’autre

 La visite de Français au Burkina Faso, dans ce contexte d’insécurité est une bonne chose, foi de Mme Fatoumata Nana Benon/Yatassaye, gouverneure de la région du Plateau central. « C’est un signe rassurant », a-t-elle relevé tout en précisant que c’est dans les moments difficiles que l’on connaît ses vrais amis. « J’attends des actions de développement », a-t-elle martelé. Selon Mme Nana, on peut déjà jeter les bases d’une collaboration au niveau de l’aviculture où les fermiers de Loué ont fait des prouesses. Elle croit qu’en capitalisant les bonnes pratiques dont ceux-ci disposent, on peut booster l’aviculture dans sa région. Une vision partagée par le maire Nicolas Sawadogo qui explore déjà des pistes. Loué a une grande réputation pour l’élevage de la volaille et le maire Sawadogo compte s’inspirer de cet exemple de réussite pour changer la donne dans sa commune. Cette amitié naissante, Abdoul Aziz Compaoré, parrain de la cérémonie,  l’a saluée à sa juste valeur.  « L’amitié a été et demeure le socle de la construction des Nations », a-t-il souligné. Le vœu cher de M. Compaoré est que le jumelage soit bénéfique à tous. « Je souhaite que les retombées de ce partenariat profitent aux populations des deux communes », a-t-il déclaré. Il a indiqué qu’il reste disponible à accompagner le comité de jumelage pour un franc succès de ce partenariat. Aussi a-t-il soutenu, le partenariat est un cadre d’ouverture et de rapprochement des peuples. Il a dit attendre également des actes concrets dans plusieurs domaines de coopération entre ces deux communes. Le jumelage, sans les affaires, ne semble pas trop intéresser Amadou Sawadogo, président de la chambre régionale de commerce du Plateau central. Ses préoccupations essentielles se résument en une seule question à savoir, comment tirer profit de ce jumelage dans le domaine des affaires ? « Le jumelage c’est bien, mais nous voulons également qu’il y ait des affaires », a-t-il clamé.  Il a surtout souhaité la paix au Burkina Faso, l’entente et la cohésion entre les fils et filles de la commune de Boussé. Des vertus sans lesquelles,  a-t-il dit, on ne peut pas parler de développement. Il a en outre prôné l’amour et une bonne organisation à tous les niveaux. Pour sa part, Mme le gouverneur du Plateau central a apprécié positivement la démarche des deux maires et n’a pas manqué de les féliciter pour cette initiative louable. Elle pense que les collectivités burkinabè peuvent s’inspirer des expériences des villes françaises qui disposent d’importants atouts, pour assurer leur développement. Ce partenariat, a-t-elle assuré, traduit un rapprochement entre le Nord et le Sud. C’est pourquoi elle a exhorté le comité de jumelage et surtout les jeunes à faire en sorte que ces liens qui ont été scellés se solidifient. Elle a dit sa disponibilité à œuvrer aux côtés des deux maires pour le succès de cette coopération décentralisée. Le comité de jumelage a été prié de maintenir la flamme allumée afin que ce partenariat produise de bons résultats. Une photo de famille et la remise de présents aux hôtes ont mis fin à la cérémonie.

Ouamtinga Michel ILBOUDO

Omichel20@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.