Accès à l’eau potable: Plus de 1000 forages à réaliser dans 4 régions

Pour le ministre en charge de la communication, Rémis Fulgance Dandjinou, le choix des régions pour la réalisation des forages a été fait en concertation avec la Banque mondiale.

L’hebdomadaire conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 13 février 2019 au palais de Kosyam, sous la présidence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs dossiers ont été inscrits à l’ordre du jour, dont la réalisation de 1220 forages dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest.

Dans ses efforts d’améliorer l’accès des populations à l’eau potable, le gouvernement burkinabè a décidé de la réalisation de 1220 forages dans les régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest. La décision a été prise, lors du Conseil des ministres du 13 février 2019 à Ouagadougou, selon le point fait par le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou.

Ainsi, a-t-il dit, au titre du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, le Conseil a donné son quitus, à la suite des résultats de l’appel d’offres du 6 avril 2018, pour la réalisation de 1 220 forages, de 90 forages de gros débit et la fourniture et pose de 1 100 structures. D’un coût total de plus de 8 milliards F CFA, l’exécution de ce projet, a précisé le Porte-parole du gouvernement, sera lancée en mars prochain pour un délai d’exécution fixée à avril 2020.

Concernant le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, le Conseil a adopté un décret modifiant les statuts particuliers du Fonds national de la recherche scientifique et de l’innovation pour le développement (FONRID). «Il s’est agi de rendre les textes de ce fonds en adéquation avec l’organigramme-type des fonds nationaux. Ce qui a nécessité la restructuration de la direction générale, la création de directions techniques et l’évolution de certaines structures comme le contrôle de gestion en direction des services», a soutenu le ministre Dandjinou.

En communication orale, il a fait savoir que le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, René Bagoro, intérimaire de son homologue en charge de la promotion de la femme, a fait au Conseil, une communication sur la commémoration de la 16e Journée internationale de la tolérance zéro contre les Mutilations génitales féminines (MGF) qui interviendra le 20 février 2019. Elle se tiendra à Ouagadougou, avec dans la foulée, la tenue de la 1re session annuelle du Comité national de lutte contre l’excision le 21 février.

A l’occasion, un nouveau projet de lutte contre les MGF dans la région du Centre-Est et un concours intercommunes sur les MGF dans la région du Plateau central seront lancés.
Répondant à une question de la presse sur l’annonce de mesures gouvernementales de réduction du train de vie de l’Etat, le ministre en charge de la communication a indiqué que les différents ministres concernés ont fait le point des mesures.

«L’idée, c’est d’avoir un certain nombre de décrets qui seront incessamment pris en Conseil des ministres. Le retour est fait et bientôt, nous allons prendre les différents actes nécessaires à cette réduction du train de vie de l’Etat», a-t-il conclu.

 Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.