Le secrétaire général du ministère en charge de l’économie, Dr Seglaro Abel Somé : « Ce recensement fiscal envisagé se veut être une activité importante ».

La direction générale des impôts a lancé, le mercredi 13 février 2019, à Ouagadougou, le recensement fiscal exhaustif des contribuables des régions du Centre et des Hauts-bassins. L’opération qui va durer deux mois, permettra à la direction de mieux gérer la population fiscale des deux régions.

Dans deux mois, la Direction générale des impôts (DGI) devrait avoir une base de données fiscale des contribuables dans les régions du Centre et des Hauts-Bassins. En effet, le recensement fiscal a débuté le mercredi 13 février 2019 à Ouagadougou et va s’étendre jusqu’au 13 avril 2019.

Il s’agira d’identifier les contribuables, les localiser ainsi que leur lieu d’activités, avoir une idée sur le volume de leurs chiffres d’affaires. « Sur le terrain, nous aurons des agents recenseurs munis de terminaux mobiles sur lesquels il y a une application qui déroule tout le formulaire pour avoir les informations sur le contribuable en tant qu’individu, son lieu d’exercice, le plan cadastral et même la photo de son lieu d’activités », a expliqué le Président- directeur général (PDG) de International business group-Burkina (IBG), Harouna Sawadogo qui assure la prestation.

A partir du moment où l’agent recenseur valide, a-t-il ajouté, les informations vont directement sur le serveur de la DGI qui les aura en temps réel. Selon le directeur général des impôts, Adama Badolo, ce recensement va permettre à son institution de maintenir le fichier des contribuables, une liste exhaustive de tous ceux qui exercent des activités commerciales ou lucratives. « C’est un exercice important puisqu’il va élargir l’assiette de l’impôt dans la mesure où le secteur informel occupe une place très importante dans notre économie avec près de 70% des contribuables.

Une démonstration du processus de recensement par le PDG d’IBG, Harouna Sawadogo.

Cependant, ces derniers ne sont pas tous connus de l’administration fiscale », a soutenu Adama Badolo. Le secrétaire général du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, Dr Séglaro Abel Somé, a précisé que cette opération, au-delà des informations traditionnelles, intègre les activités d’inventaires fonciers et cadastrales ainsi que des éléments permettant d’évaluer ultérieurement le volume des activités et de déterminer l’assiette utile pour les imposer aux différentes cédules d’impôts.

« A ce titre, une fiabilisation des fichiers passe aussi par un bon recensement qui à terme, facilitera la relance des contribuables défaillants au regard de leurs obligations déclaratives », a renchéri Dr Seglaro Abel Somé. Pour lui, le recensement permettra à la DGI de mieux gérer la population fiscale des deux régions concernées et de relancer les défaillants. Une chose, a-t-il dit, qui va apporter un regain dans le recouvrement des impôts et taxes pour l’Etat et les communes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso. Pour sa part, le DG Badolo a invité les agents recenseurs à travailler avec détermination, dans la discipline, le respect de la déontologie et des citoyens afin à relever les défis de l’opération.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.