L’Assemblée nationale a organisé du 15 au 17 février 2019 à Ouagadougou, un forum national sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes au Burkina Faso.

Le parlement burkinabè veut jouer sa partition dans la lutte contre les injustices faites à l’encontre des femmes. A cet effet, l’institution a mené une réflexion sur l’autonomisation et la responsabilisation de l’autre moitié du ciel au cours d’un forum national tenu, les 15, 16 et 17 février 2019 dans la capitale burkinabè. Les participants majoritairement constitués de femmes, venus des 45 provinces du pays ont décortiqué 4 thématiques relatives à la problématique. Il s’agit notamment de l’autonomisation des femmes dans le contexte d’insécurité au Burkina Faso, de l’autonomisation économique et financière de la femme, de l’autonomisation politique et participation des femmes aux sphères de décisions et de l’autonomisation socioculturelle des femmes.

Au cours des 72 heures de travaux, les participants, environ 1500 composés de parlementaires, de leaders d’OSC et de représentantes des organisations féminines, selon la présidente d’organisation du forum Elise Ilboudo, sont parvenus à des recommandations adressées aux deux pouvoirs que sont le parlement et l’exécutif. Concernant l’Assemblée nationale, il s’agit, entre autres, l’initiative de proposition de loi pour renforcer la protection des femmes et des filles dans les situations d’insécurité et leur responsabilisation en faveur de la paix et de la sécurité, l’organisation d’une réunion tripartite entre les représentants du Parlement, de l’Etat et les responsables de banques pour des concertations afin de mieux répondre aux besoins de crédit des femmes du secteur
informel.

Un siège provincial de député réservé aux femmes

La mise en place d’un fonds au niveau des banques pour le soutien aux initiatives des femmes, l’adoption d’une loi proposant 30% au moins du genre féminin aux emplois électifs et nominatifs et la relecture de la loi portant liberté d’association afin d’y intégrer le principe de la représentation des femmes. Des conclusions notées par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Concernant les recommandations formulées à l’endroit du parlement, M. Sakandé s’est engagé à travailler pour leur mise en œuvre. Pour ce faire, il compte mettre en place un comité de suivi des recommandations assorti d’échanges claires.

«J’y veillerai comme la prunelle de mes yeux. Je m’engage à aider les femmes parlementaires pour toutes initiatives qu’elles voudraient prendre dans ce sens», a-t-il déclaré. A propos d’une des recommandations relatives à la création des crèches dans les services publics et privés, le président de l’Assemblée nationale a assuré que son institution sera au rendez-vous avant la fin de l’année. Alassane Bala Sakandé a, par ailleurs, invité à une réflexion sur une proposition d’un siège de député par province exclusivement dédié à la femme. «Si nous arrivons a adopté une telle loi, ce sont au moins 45 députées qui se retrouveront à l’Assemblée », a-t-il indiqué. Il a, à l’occasion, appelé les élus locaux à emboiter le pas aux députés pour une prise en compte des femmes dans les sphères de décision. Pour ce qui est des recommandations concernant l’exécutif, le président s’est proposé de faire le plaidoyer auprès du gouvernement pour leurs prises en compte.

Abdoulaye BALBONE
Fatimah TANKAONO
(Stagiaire)

……………………………………………………………………………………………………………….

Quelques recommandations issues du forum

– La déclaration de la décennie 2020-2030, décennie de la femme burkinabè.
– L’adoption par le Conseil des ministres du plan d’actions national pour la mise en œuvre des résolutions 1325, 1820, et 2242 du Conseil de sécurité des Nations unies.
– La création d’un fonds pour la formation et l’octroi des microcrédits aux veuves des forces de défense et de sécurité décédées lors des attaques terroristes et des missions de maintien de la paix.
– La réinstallation des personnes déplacées à la suite des conflits communautaires et l’octroi des prêts aux femmes pour entreprendre des activités génératrices de revenus.
– La mise en place d’un fonds de bonification d’intérêt.
– La relecture de la charte des femmes et formations politiques pour intégrer le principe de la représentation des sexes dans les instances dirigeantes.
– La création d’un ministère exclusivement en charge de la femme.
– L’implantation des crèches dans les services publics et privés et la prise de mesures pour permettre aux femmes qui allaitent de pouvoir effectuer les missions au niveau national et international avec leurs bébés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.