Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a officiellement ouvert les portes du 19e Marché international du cinéma africain (MICA), le dimanche 24 février 2019, à Ouagadougou.

Le 19e Marché international du cinéma africain (MICA) a ouvert ses portes à la faveur du 26e Festival panafricain du cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO), hier dimanche 24 février 2019, dans la capitale.

C’est le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré qui a inauguré officiellement cet espace dédié à tous les acteurs du 7e art. Selon lui, ce marché du film est une vitrine pour les œuvres des cinéastes africains et de la diaspora. Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, a tout souhaité que cet espace puisse s’agrandir et se structurer pour valoriser davantage le cinéma africain.

Pour la directrice du MICA 2019, Syzanne Kourouma/Sanou, l’objectif de la mise en place de ce marché est de transformer le cinéma africain en industrie culturelle, artistique et technologique. « C’est dans cette dynamique que nous plaçons la 19e édition du MICA sous le signe de l’essor de l’économie du cinéma africain qui doit s’adapter aux exigences du moment », a-t-elle déclaré.

Quant au parrain du MICA 2019, Stéfano Manservisi, il a expliqué que cette plateforme offre aux films africains une chance de trouver un distributeur ou un acheteur en dehors de leur marché. La visite des stands des acteurs du secteur a clos la cérémonie.

Boukary BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.