Sécurisation de la region de l’Est : 29 terroristes abattus, des armes saisies

La Direction de la communication et des relations publiques des armées (DCRPA) a présenté aux hommes de médias, le dimanche 24 février 2018 à Fada N’Gourma, des armes et des munitions récupérés dans les localités de Kompienbiga et de Kabonga. Cette opération entre dans le cadre de la sécurisation du territoire national par les forces spéciales, terrestres et aériennes.

Les forces spéciales, terrestres et aériennes ont frappe un gros coup, les 19 et 20 février 2019, dans les localités de Kompienbiga, Kabonga et dans la zone du campement présidentiel, dans la région de l’Est, à la faveur des opérations de sécurisation du territoire national. 29 terroristes ont été abattus, et une quantité importante d’armes et de munitions ont été saisies, et divers matériels détruits.

Dans la matinée du dimanche 24 février, la Direction de la communication et des relations publiques des armées (DCRPA) a convoyé des hommes de médias à Fada N’Gourma pour présenter le matériel saisi. Dès 6 heures, une vingtaine de journalistes prennent place dans un car en direction du 34e Régiment interarmes (RIA) de la cité de Yendabli où sont exposés les butins récupérés. Avant le départ, le colonel Karim Ouily de la DCRPA, par ailleurs directeur de la structure, donne les dernières consignes. « Pas d’images du camp.

Pour des raisons de sécurité ne communiquez pas votre position sur les réseaux sociaux avant la fin de la mission », conseille-t-il. Après environ quatre heures de trajet, nous voilà aux portes du 34e RIA. Il faut montrer patte blanche pour y avoir accès. Tous les journalistes sont en règle. A l’intérieur du camp, les mêmes consignes sont répétées par un élément du camp qui a requis l’anonymat.

Une partie des armes présentée

Selon le colonel Ouily, le matériel exposé représente une partie des armes, munitions et bien d’autres récupérés à l’issue de l’assaut dans la forêt de Kabonga (Lire encadré). A la question de savoir comment ces forces mixtes sont arrivées à un tel résultat, le porte-parole de la DCRPA explique que suite au braquage de la pharmacie du village de Kompienbiga, le 19 février dernier, par des assaillants, deux d’entre eux ont été repérés au marché. « Nos éléments leur ont tendu une embuscade qui a permis de neutraliser six terroristes », révèle-t-il.

Après cet episode, poursuit l’officier, l’action combinée des forces spéciales, terrestres et aériennes a permis de repérer les terroristes dans a forêt de Kabonga dans la journée du 20 février.  » Des frappes précises ont été faites par les forces aériennes avant que les forces spéciales et terrestres n’entrent en action. 23 terroristes ont été mis hors d’état de nuire », ajoute-t-il. Et d’insister que cette opération a permis de démanteler la base des terroristes, de détruire tous les vivres don’t ils disposaient et de sécuriser la zone du campement présidentiel.

Les ratissages, dit-il, sont en cours. D’où viennent ces armes?. Le colonel Ouily préfère ne pas répondre. Sont-elles de l’armée burkinabè? “C’est bien possible”, rétorque-t-il. Qu’à cela ne tienne, le directeur de la communication et des relations publiques des armées reste convaincu que cette saisie importante de matériels va réduire le potentiel de nuisance dans la zone.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO
pathnema@gmail.com


Le matériel récupéré

  • des Kalachnikovs (dont un 12.7)
  • des chargeurs brûlés
  • un casque
  • des caisses de munition de 7,62*54 PKMS
  • des engins calcinés
  • une jumelle
  • un gilet par balles
  • une marmite
  • une bouteille de gaz

POO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.