Epidémie de méningite à Ouaga

Le Conseil des ministres qui s’est tenu, le mercredi 27 février 2019 au palais de Kosyam, a examiné plusieurs dossiers, dont le Programme travaux à Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO).

Les informations faisant cas d’une épidémie de méningite dans la ville de Ouagadougou sont des «fake news», selon le gouvernement. Aux côtés du ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, pendant le point du Conseil des ministres du mercredi 27 février 2019, le ministre de la Santé, Léonie Claudine Lougué, s’est expliquée sur le sujet. «Depuis la semaine passée, il est fait cas sur les réseaux sociaux d’une épidémie de méningite dans la ville de Ouagadougou mais en réalité, il n’en est rien. Il s’agit de fake news», a-t-elle déclaré.

A la fin de chaque saison de pluie, a indiqué Mme Lougué, le pays enregistre quelques cas de suspicion de dingues dans les formations sanitaires. Ainsi, a-t-elle dit, l’année dernière entre le 18 et le 24 février quelque 47 cas ont été recensés sur l’ensemble du territoire national. Cette année à la même période, 46 malades suspects ont été enregistrés par les services compétents, mais il n’y aurait pas eu de confirmation. «Nous voulons donc rassurer les populations et surtout les inviter à respecter rigoureusement les mesures de prévention qui leur ont été communiquées par les services de santé, à savoir, assainir le cadre de vie, éviter les eaux stagnantes et dormir sous les moustiquaires imprégnées à longue durée d’action», a rappelé la ministre de la Santé. Concernant le cas d’épidémie de méningite signalé il y a quelques semaines à Fada N’gourma, la patronne du département de la santé a confié que la situation est sous contrôle grâce à l’engagement et au travail acharnés des équipes sur place, appuyées par les services au niveau central. «Malgré le contexte sécuritaire difficile, les agents se sont rendus dans les villages reculés de la région de l’Est pour assurer les vaccinations des populations», a-t-elle fait remarquer. Au cours de son intervention, elle a également fait cas de méningite à pneumocoques enregistrée dans la région du Sud-Ouest, précisément à Gaoua dans le Poni et à Dano dans le Ioba. «Il n’existe pas encore de vaccin contre cette forme, mais des mesures curatives sont prises en vue d’assurer un traitement aux malades admis dans les différentes formations sanitaires. De plus, nous avons entrepris des campagnes de communication et de sensibilisation des populations dans les zones touchées afin de réduire les risques de contaminations», a conclu Pr Lougué.

«HIMO en marche»

Au titre du ministère des Infrastructures, le conseil a adopté un rapport relatif à la mise en œuvre du volet travaux à Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO). Selon le porte-parole du gouvernement, en 2019, le programme prévoit le recrutement de 10 225 jeunes et femmes au profit de 49 communes urbaines pour un coût total de 2 milliards 700 mille de francs CFA. «Les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso accueilleront les plus gros effectifs avec 1 200 recrues chacune et les 47 autres communes se partageront le reste des emplois. Ces employés seront affectés à différentes tâches, telles que le curage manuel de caniveaux d’ouvrages d’art, le débroussaillage des rues, le traitement des accotements des voies bitumées et l’appui à la réglementation de la circulation routière», a-t-il détaillé. A en croire le ministre Dandjinou, son collègue de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Paul Robert Tiendrebéogo, a fait au conseil, une communication orale relative au lancement, aujourd’hui 28 février 2019 à Niamey au Niger, du processus de délivrance des Cartes nationales d’identités burkinabè (CNIB) et des passeports aux compatriotes vivant à l’étranger.

Il a précisé que pour cette première étape, une mission consulaire sera déployée sur place jusqu’au 15 mars 2019. Au niveau du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, le gouvernement a adopté un nouveau décret modificatif, portant procédure des passations, d’exécution du règlement des marchés publics et de délégation de service. Ces modifications, de l’avis de M. Dandjinou, visent à intégrer des mesures relatives aux Petites et moyennes entreprises et industries (PME/PMI) et aux accords-cadres dans le dispositif règlementaire. «Nous attendons donc un meilleur accès des PME/PMI aux marchés publiques et une opérationnalisation des accords-cadres au regard des nombreux avantages au niveau des mécanismes de gestion de la commande publique. Cela va permettre de redonner un coup d’accélérateur à l’économie nationale», a-t-il fait observer.

Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.f
Fatimah TANKOANO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.