Production de l’énergie solaire

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré et le directeur général de la coopération internationale et au développement de la Commission européenne ont signé une convention d’un don de 9,8 milliards FCFA dans le domaine de l’électricité, le 26 février 2019 à Ouagadougou.

L’Union européenne est déterminée à respecter les engagements pris lors de la conférence des bailleurs de fonds pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES). A cet effet, le directeur général de la coopération internationale de la commission européenne, Stefano Manservisi, a paraphé un accord de don d’un montant de 9,8 milliards FCFA pour financer le programme Yeleen, le mardi 26 février 2019, avec le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré. Le programme Yeleen comprend 3 composantes à savoir, le développement de centrales photovoltaïques raccordées au réseau national pour un total de 50MW, l’extension du réseau existant afin de raccorder 100 000 nouveaux ménages ou PME et l’électrification rurale de 150 000 nouveaux ménages. «Nous sommes tous conscients que c’est avec un développement soutenu de l’énergie et des ressources renouvelables que l’on pourra affronter à la fois les défis d’une industrialisation du pays et aussi ceux du changement climatique.

Ces deux défis sont souvent présentés comme étant en contradiction, ce qui n’est pas vrai, d’ailleurs l’UE a fait de la transformation énergétique un pilier de sa compétitivité», a déclaré le diplomate européen à l’issue de la signature de la convention. Selon lui, l’Union européenne est très attachée au projet qu’elle finance en partenariat avec l’Agence française de développement, et la Banque africaine de développement. Le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, dont le département assure la tutelle technique du programme Yeleen, a pour sa part affirmé que la mise en œuvre du projet Yeleen permettra de développer fortement la production de l’énergie solaire pour répondre à plusieurs objectifs pertinents.  «Il s’agit d’augmenter l’offre et l’indépendance énergétique, faire baisser le prix du KW/H, élargir l’accès à l’électricité en particulier en milieu rural, contribuer à limiter les émissions des gaz à effet de serre», a-t-il expliqué. Selon le ministre de l’Energie, la capacité de 43 MW avec 10MW de stockage de la centrale photovoltaïque donne un nouvel espoir au Burkina Faso dans sa volonté d’être un leader en matière de production d’énergie renouvelable en Afrique et d’augmenter la compétitivité de son industrie grâce au coût réduit de l’électricité ( 50 FCFA contre 155FCFA actuellement). L’UE a déjà financé des projets dans le domaine de l’énergie. Il s’agit de la centrale de Zagtouli, la connexion électrique Bolgatanga-Ouaga, l’interconnexion électrique de 875km Nigeria- Bénin-Burkina Faso.

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.