Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, le mardi 5 mars 2019 à Ouagadougou, le Comité international du mémorial Thomas Sankara (CIM-TS).

Au-delà des critiques des Burkinabè, le Comité international du mémorial Thomas Sankara (CIM-TS) dit être satisfait de la réalisation des statues de l’ex-président burkinabè Thomas Sankara et de ses douze compagnons au Conseil de l’entente et surtout de leur inauguration à l’occasion du cinquantenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

C’est qu’a soutenu le président du Comité, le colonel-major Bernard Sanou, à sa sortie d’une audience avec le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le mardi 5 mars 2019 à Ouagadougou. « Nous avons voulu que l’inauguration de la statue de Thomas Sankara coïncide avec le cinquantenaire du FESPACO et nous avons tout mis en œuvre pour que cela se fasse », a-t-il expliqué.

A entendre le colonel-major Sanou, le Conseil de l’entente est « très symbolique », parce qu’il est le lieu de la chute du président Sankara et les statues y ont été implantées pour immortaliser l’histoire de la révolution sankariste. « Nous avons voulu faire de cet endroit un site touristique dont les Burkinabè se sentiront fiers », a-t-il ajouté. Selon le président du CIM-TS, les erreurs « jugées inacceptables par la population » dans la conception de la statue du père de la Révolution burkinabè seront corrigées afin de satisfaire le peuple. « Le fait que la population ait réagi massivement est une fierté pour nous et nous prenons l’engagement de faire en sorte que cette statue soit la plus fidèle possible à notre héros », a-t-il précisé.

Aux dires de M. Sanou, les statues des 13 révolutionnaires ne sont qu’une infime partie de leur projet. « Ce premier pas était un élément important pour nous et nous comptons aller au bout de notre ambition qui est de retracer toute l’histoire de la révolution au Burkina Faso », a-t-il fait savoir. De son audience avec le chef du gouvernement, le CIM-TS dit avoir reçu des conseils pour sa « nécessaire » redynamisation.

Fatimah TANKOANO
stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.