Le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) a organisé une rencontre d’échanges avec les présidents des conseils régionaux, le mercredi 6 mars 2019 à Ouagadougou. La rencontre a servi de cadre à la signature d’une convention de financement entre les deux parties.

Le Burkina Faso est entré dans le 3e cycle de son processus de décentralisation avec l’adoption de nouveaux référentiels dont la vision prospective en 2040 est de permettre aux collectivités de délivrer des services sociaux de qualité aux populations à la base.

C’est ainsi que, le Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT) a été mis en place pour accompagner l’ensemble des 13 régions. Dans le cadre de ses activités, la direction du FPDCT a tenu une rencontre d’échanges avec les présidents des collectivités de régions, le mercredi 6 mars 2019, au siège de l’Association des régions du Burkina Faso (ARBF) à Ouagadougou pour appréhender les besoins des collectivités, afin de mieux structurer son intervention sur le terrain. Selon le Directeur général (DG) du FPDCT, Bruno Dipama, le fonds ne se contentera plus que de financer les investissements des Collectivités territoriales (CT). Il entend devenir entre autres, un instrument de financement, d’accompagnement et de renforcement des capacités et des autres acteurs, en matière de maîtrise d’ouvrage, de planification, de suivi des projets, et de développement économique et local, a-t-il expliqué.

Pour Bruno Dipama, la création, la vocation et la finalité du FPDCT sont d’être l’instrument national unique de financement des investissements des CT à travers divers guichets (lire encadré).

« Deux guichets fonctionnels »

« Au niveau du fonds permanent, il n’y a que deux guichets fonctionnels. Il s’agit des guichets fonds fongibles c’est-à-dire la subvention de l’Etat avec l’appui d’un partenaire qui est la coopération suisse. Il y a également les guichets spécifiques qui sont la coopération allemande et l’Agence française de développement (AFD) qui choisissent d’intervenir délibérément dans les régions », a-t-il détaillé. A ce titre, il a rassuré les présidents des conseils régionaux que son institution va travailler à mobiliser des ressources financières et techniques. Car a-t-il affirmé, c’est un devoir pour le FPDCT de travailler main dans la main avec la faitière des régions pour l’émergence d’un nouveau modèle de société équilibrée et basée sur le partage, l’équité, la tolérance, la solidarité et l’entraide.

«Nous ferons de notre pays un exemple en Afrique et de par le monde», s’est-t-il enorgueilli. De l’avis du président de l’ARBF, Eric Tiemtoré, l’accompagnement des CT par le FPDCT constitue une première au regard de l’énormité des défis à relever. Il a rappelé que le fonds a pour mission principale de concourir au financement des programmes prioritaires de développement des collectivités locales et de contribuer au renforcement de leurs capacités opérationnelles.

Pour donner un cachet juridique aux interventions de cette institution à l’endroit des CT, les deux parties ont signé la convention-cadre de financement des conseils régionaux au titre de l’année 2019.

Paténéma Oumar OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.