Relations sino-africaines : «Le piège de la dette» réfuté

A l’occasion des deux sessions de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) et de l’Assemblée populaire nationale (APN), le ministre des Affaires étrangères, Conseiller d’Etat, Wang Yi, a animé une conférence de presse, le vendredi 8 mars 2019 à Pékin, sur la politique étrangère de la République populaire de Chine (RPC).

La Chine demeure fidèle à sa volonté de promouvoir une coopération gagnant-gagnant et de développement partagé avec l’Afrique. Le ministre des Affaires étrangères, Conseiller d’Etat, Wang Yi, a réaffirmé cette position au cours d’une conférence de presse animée dans la matinée du vendredi 8 mars 2019 à Pékin, devant plusieurs centaines de journalistes de Chine et du monde entier. «Grâce à nos efforts inlassables déployés depuis des dizaines d’années, la coopération sino-africaine est devenue aujourd’hui un grand arbre que personne ne saurait ébranler», a déclaré le chef de la diplomatie chinoise.

Pour lui, la relation sino-africaine ira de l’avant dans une dynamique de confiance mutuelle. Les rumeurs qui soutiennent que la Chine est en train d’entraîner les pays africains dans «le piège de la dette» à travers l’initiative de coopération internationale «la Ceinture et la Route», ont été battues en brèche par M. Wang. «La coopération sino-africaine remporte de plus en plus de succès et s’attire aussi des accusations et des calomnies. Mais la Chine et l’Afrique ont une haute confiance mutuelle et sont liées par une amitié à toute épreuve, et les fruits de cette coopération sont palpables sur l’ensemble du continent africain. Les propos infondés ne trouvent aucun écho en Afrique», a-t-il clarifié. Aux dires du conférencier, l’initiative «la Ceinture et la Route», loin d’être un piège de dettes, est un projet qui contribue au bien-être des populations et ne saurait être «un outil de géopolitique».

Elle est fidèle aux principes d’or de consultations, de coopération et de bénéfices pour tous et apporte plein d’opportunités de développement aux différentes parties. La relation sino-africaine, a-t-il dit, se développe davantage et les deux entités ont la volonté de travailler ensemble. A titre illustratif, l’empire du milieu a investi en une décennie, plus de 100 milliards de dollars en Afrique.

«La Chine gagnera en puissance…»

Le ministre des Affaires étrangères chinois a rappelé que son pays est disposé à promouvoir la paix dans le monde et se dit disposé à prôner le dialogue que la confrontation. «La Chine gagnera en puissance mais pas en dureté. Elle restera attachée à son indépendance, mais n’agira pas de manière arbitraire. Elle défendra résolument ses droits, mais ne cherchera pas l’hégémonie», a indiqué Wang Yi. A l’ère de la mondialisation, a conseillé M. Wang, il faut favoriser l’esprit de solidarité et de la concorde. Comment entendez-vous apaiser les relations entre la Chine et les Etats-Unis d’Amérique ? «Nous avons toujours des prévisions positives quant à l’avenir des relations sino-américaines.

La Chine et les Etats-Unis n’iront pas et ne devront pas aller vers la confrontation», a répondu le ministre des Affaires étrangères. Et de préciser que la reprise de la «vieille logique de la guerre froide» est contreproductive et contraire au courant de l’époque et à la volonté des peuples. «Au cours des 40 ans écoulés, les relations sino-américaines ont fait des progrès historiques en résistant à toutes les épreuves. Elles font face à de nouveaux défis et les enseignements se résument en un point : on a tout à gagner en coopérant et tout à perdre en se battant», a argué le communicateur. Le président Xi Jinping va-t-il participer au Sommet du G20 qui se tient au Japon en juin 2019 ? L’amélioration des relations sino-japonaises, a précisé le ministre Wang Yi, n’est qu’à ses débuts et il faut œuvrer à joindre l’acte à la parole. «Il faut considérer l’histoire de façon honnête, voir la réalité de manière objective, bâtir activement l’avenir et prendre des actions concrètes pour avancer résolument dans la bonne direction», a-t-il souligné. Sur la coopération entre la Chine et l’Inde, le conférencier a relevé que les deux pays sont de «grandes civilisations» avec 2,7 milliards d’habitants qui doivent être des partenaires l’un pour l’autre dans la poursuite de leurs rêves. Quid de l’axe Pékin-Moscou ? «Quand la Chine et la Russie se tiendront ensemble, il y aura plus de sécurité et de stabilité dans le monde», a conclu Wang Yi.

 Karim BADOLO
(Depuis Pékin en Chine)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.