Le ministère de l’Eau et de l’Assainissement a lancé les travaux de construction du barrage et du périmètre irrigué de Niou dans la province du kourwéogo, le lundi 18 mars 2019. L’ouvrage d’une valeur estimée à 2,135 milliards de F CFA est prévu pour être opérationnel dans 14 mois.

Bientôt la commune rurale de Niou, dans la province du kourwéogo va disposer d’un barrage d’une capacité de près de deux millions de m3 d’eau et d’une longueur estimée à 1560 mètres. Le lancement des travaux de construction de l’ouvrage et du périmètre irrigué a eu lieu le lundi 18 mars 2019 à Niou dans la région du Plateau central. Il s’inscrit dans le cadre du projet de mobilisation et de valorisation des eaux de surface dans la région.

Pour le ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ambroise Niouga Ouédraogo, plusieurs infrastructures hydrauliques seront réalisées conformément aux objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES). « Les résultats dans la mobilisation des ressources en eau sont appréciables en termes d’études, d’aménagements, de réalisation/réhabilitations et d’achèvement de travaux », s’est félicité le ministre Ouédraogo. A côté de l’ouvrage principal, le ministre a annoncé la réalisation d’infrastructures annexes (forage, pompe à motricité humaine, latrines, couloirs de passage d’animaux, bande de servitude, etc.).

Pour la représentante résidente de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), Reine Broohm Ayeva, la vulnérabilité de l’économie sous régionale face aux chocs exogènes liés notamment aux aléas climatiques impose que les Etats créent les conditions d’un développent durable de la production agricole locale. Ainsi, la « financière » a salué les stratégies nationales mises en œuvre par le gouvernement burkinabè afin de mobiliser les ressources en eaux en vue de promouvoir l’agriculture irriguée et accroître la production agro-sylvo-pastorale susceptible de booster l’économie rurale.

De l’implication des riverains

« La BOAD accompagne le projet qui envisage la réalisation de cinq barrages (Wéotenga, Taba, Pougma, Kouldisgou et Niou) ainsi que l’aménagement de 195,3 ha en aval. D’un coût global de 11, 256 milliards F CFA, notre banque finance le projet à concurrence de 10 milliards soit 89% », a indiqué Reine Broohm Ayeva.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Alpha Barry, un natif de Niou, s’est réjoui des accords entre le gouvernement et la BOAD. Selon lui, le projet du barrage de Niou est une vieille doléance. Il a invité les populations à accompagner les entreprises dans leurs travaux. M. Barry a également exhorté les riverains à faire de la place (les déguerpissements) pour le barrage car, a-t-il dit : « on ne saurait faire des omelettes sans casser les œufs ».

Pour le chef de file du consortium d’entreprises en charge de la réalisation du barrage Martin Sawadogo, le dossier d’exécution est avancé et le délai de 14 mois, hormis les suspensions pendant l’hivernage sera respecté. « Nous allons réaliser un barrage homogène avec une digue en terre et un déversoir central en béton », a expliqué Martin Sawadogo. Parlant de déguerpissements, M. Sawadogo a précisé que la question des indemnisations des personnes déplacées est prise en compte dans le financement du projet.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.