Noyade d’une élève de 6e à Kaya

Noyade d’une élève de 6e à Kaya
Dans sa quête inlassable d’informations, Kantigui a appris, le samedi 16 mars 2019 aux environs de 17h, la mort par noyade dans la piscine d’un hôtel de Kaya, de Ashley Kambou, 12 ans, élève de la classe de 6e au lycée privé Aimé- Césaire de Korsimoro. Le drame est survenu alors que la victime était en compagnie de ses camarades à une sortie touristique. Le corps sans vie a été repêché par une équipe de la 7e compagnie de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) basée à Kaya. Après les constations d’usage de la Police nationale et du médecin légiste, la victime a été transférée à la morgue du Centre hospitalier régional (CHR) de Kaya, puis inhumée, le dimanche 17 mars dernier. Kantigui, qui regrette ce drame, invite les responsables des établissements publics et privés à encadrer davantage les sorties récréatives des élèves.

Fada se vide de ses prostituées
Alors qu’il revenait de Fada N’Gourma à bord d’une compagnie de transport en commun, Kantigui a surpris une conversation des plus insolites entre quatre prostituées qui ont pris place dans le même car que lui. De ce qu’il a pu comprendre, ces jeunes dames fuient la ville de Fada, parce que leur activité est tombée en désuétude du fait du couvre-feu instauré dans la région, du 7 mars au 20 avril prochain, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. En analysant leurs propos, Kantigui s’est rendu compte en réalité que ses «voisines», des travailleuses du sexe, étaient désemparées. Ces dernières se plaignent que le couvre-feu prenant effet à partir de 19 heures, leurs clients ne pouvaient plus leur «rendre visite». Ne pouvant pas supporter ce «chômage technique», la plupart des prostituées de Fada, a constaté Kantigui, migrent vers Koupéla, Tenkodogo et Ouagadougou, entre autres. Au-delà des prostituées, a-t-on rapporté à Kantigui, les maquis et autres débits de boissons ont également vu leurs chiffres d’affaires drastiquement baisser au point que certains sont sur le point de se séparer d’une partie de leur personnel, notamment les serveuses.

CHR de Tenkodogo : des appareils attendent installation
Il est revenu à Kantigui que des patients du Centre hospitalier régional (CHR) de Tenkodogo, dans la région du Centre-est subissent une autre souffrance en plus de leur maladie. En effet, lui a-t-on dit, pour cause de non fonctionnement des services de radiologie et d’échographie dans ce centre, ces derniers sont obligés de se rendre à Bittou, une ville située à 65 Km de Tenkodogo, pour les examens entrant dans ce cadre. Seuls ceux qui sont un peu nantis peuvent le faire en clinique sur place. Les autres auraient bien pu le faire à une distance moins longue, à Koupèla (45Km), mais là-bas, selon les spécialistes de la santé, les images produites par les machines ne sont pas assez nettes et ne facilitent pas l’interprétation des résultats. Toujours, selon les sources de Kantigui, le problème aurait pu pourtant trouver solution depuis les deux ans que les appareils nécessaires à ces examens sont disponibles au CHR de Tenkodogo ; seulement, ils ne sont pas encore installés. Kantigui appelle donc les autorités concernées à se hâter pour une résolution du problème afin de réduire le calvaire des malades.

Yaba ouvre ses arènes ce week-end
Kantigui en séjour à Yaba dans la province du Nayala, s’est fait l’écho d’un tournoi de lutte. Ce tournoi dénommé «Coupe du champion à Yaba» tiendra sa 9e édition, le samedi 23 mars 2019. Voulant en savoir davantage sur cette compétition, Kantigui a été très édifié. Il ressort que le premier championnat national de lutte organisé en 1985 au Burkina Faso, a été remporté par l’intrépide lutteur de Yaba, Gérard Ki. Mais avec le temps, la pratique de la lutte a été reléguée au second plan par les jeunes de Yaba, si bien que ce village a perdu sa notoriété de champion de lutte. C’est ainsi que Gérard Ki a créé avec d’autres passionnés de la lutte ce tournoi. De ce qui est revenu à Kantigui, depuis 2017, l’organisation de cette compétition est reprise en main par Kiègoulou club de lutte de Yaba, présidé par l’ancien champion. Kantigui félicite les organisateurs de ce tournoi ainsi que le parrain en la personne du directeur général de la SONATUR et conseiller municipal de Yaba, Souabou Diallo.

Kantigui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.