Associations féminines au Burkina Faso : les femmes du GAFREH exposent leur savoir-faire

Le Groupe d’action des femmes pour la relance économique du Houet (GAFREH) a organisé, ses 72 heures à Bobo-Dioulasso. La cérémonie d’ouverture a eu lieu dans la matinée du samedi 30 mars 2019.

Le Groupe d’action des femmes pour la relance économique du Houet (GAFREH), un collectif d’associations féminines, veut faire connaître davantage son savoir-faire. C’est dans cette optique qu’il a organisé ses toutes premières 72 heures. La cérémonie d’ouverture a eu lieu, dans la matinée du samedi 30 mars 2019 au siège du groupe, à Bobo-Dioulasso. Elle était placée sous le patronage du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé. Ces 72 heures ont été marquées par une exposition de produits GAFREH, mais aussi par des conférences sur diverses thématiques telles que «La fistule obstétricale», et «Les sacs plastiques oxo dégradables». La présidente du GAFREH, Christiane Lamizana, a saisi l’opportunité pour remercier tous les partenaires de sa structure dont l’ambassade du Canada au Burkina Faso, qui a contribué à la construction et à l’aménagement du «centre GAFREH». Elle a aussi fait une mention spéciale à la députée suisse, Isabelle Chevalley qui est la marraine du groupe.

Ceci, a-t-elle justifié, pour leurs multiples contributions pour le développement du collectif. Grâce à ces partenaires, a souligné Mme Lamizana, GAFREH est connu au-delà des frontières du pays des Hommes intègres. Nonobstant cette notoriété, Christiane Lamizana a révélé que le collectif fait face à de nombreuses difficultés. Elle a cité, entre autres, la collaboration difficile avec l’Etat, le manque de matériel pour une production efficiente et l’insuffisance d’appui financier de la part de l’Etat et des autorités locales. Séance tenante, Christiane Lamizana a demandé au président de l’Assemblée nationale de plaider pour que GAFREH bénéficie d’un «statut d’utilité publique».

Le député Abdou Rasmané Ouédraogo a représenté le président Alassane Bala Sakandé. Comme l’a rapporté Abdou Rasmané Ouédraogo, le président Sakandé a rendu un vibrant hommage aux acteurs du secteur artisanal en général, et aux femmes artisanes du GAFREH en particulier. Le secteur de l’artisanat contribue pour environ 20% au produit intérieur brut du Burkina Faso. C’est donc fort de ce constat que le président de l’Assemblée nationale a confié avoir accepté d’associer l’image de son institution aux 72 heures du GAFREH. Tout en étant convaincu que ces 72 heures sont, elles-mêmes, un cadre par excellence de la valorisation de l’artisanat féminin.

Alpha Sékou BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.