Situation socio-économique au Sahel : L’institut Tony Blair propose ses services

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience le mercredi 3mars 2019 à Kosyam, l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, fondateur de l’Institut qui porte son nom.

L’institut Tony Blair veut apporter son expertise au gouvernement du Burkina Faso pour l’aider à relever les défis auxquels le pays fait face. Son fondateur, l’ancien Premier ministre britannique qui séjourne au Burkina Faso, était hier 3 avril 2019 au palais présidentiel de Kosyam pour un tête-à-tête avec le chef de l’Etat: « Nous avons été reçu par le président du Faso.

Nous avons échangé sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la sous-région et évoqué la possibilité d’une collaboration », a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre. Selon lui, sa structure est disposée à travailler avec l’Etat du Burkina Faso mais aussi dans un cadre plus élargi avec les pays membres du G5-Sahel sur les questions de lutte contre le terrorisme et dans bien de domaines.

De l’avis de Tony Blair, la région du Sahel est confrontée à de nombreux défis avec des conséquences qui pourraient toucher les pays développés notamment ceux d’Europe. « Il faut un ensemble de solutions pour espérer transformer la situation parce que les réponses militaires seules ne suffisent pas pour résoudre les problèmes liés au développement économique et social de cette région », a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter qu’il partage la vision du président du Faso, qui a-t-il dit, estime qu’il est nécessaire d’avoir le soutien de la communauté internationale pour la mise en œuvre rapide de la force conjointe en vue de ramener la sécurité et la paix dans la sous-région. A écouter l’ancien chef de gouvernement britannique, dans sa politique de collaboration avec les Etats son institut travaille sur des priorités préalablement définies par les gouvernements partenaires et qui peuvent couvrir plusieurs domaines tels que l’énergie, l’agriculture, la formation etc.

L’institut, à en croire son fondateur, est présent dans 14 pays africains où ses équipes travaillent aux côtés des gouvernements pour la réussite de leurs missions en matière de gouvernance. « Nous disposons également de représentation au Moyen-Orient et en Amérique mais j’ai un intérêt particulier pour le continent que j’ai eu la chance de visité pendant que j’assumais les fonctions de Premier ministre du gouvernement britannique », a conclu M. Blair.

Synthèse de Beyon Romain NEBIE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.