Tournoi de lutte «Konlèkou»

Kassan, village situé à 7 km de Tougan, dans la province du Sourou, a abrité les 29 et 30 mars 2019, la IVe édition de la lutte traditionnelle de l’association «Konlèkou». Placée sous le patronage du tout-nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de consignation Paul Kaba Thiéba, et le double parrainage de Yacouba Salouka, DG du Centre de gestion des cités (CGECI) et de Boureima Drabo, directeur de la communication et du marketing de BOA, l’édition de 2019 a regroupé des lutteurs de cinq provinces du Burkina Faso.

Trente-huit secondes, c’est le temps mis par Romaric Kawané dit le buffle du Nayala pour expédier au sol son adversaire, du jour Ferdinand Tony, en finale open de cette IVe édition «Konlèkou ». Un combat expéditif qui a mis en extase les admirateurs de Romaric Kawané. Contrairement à ses habitudes, le buffle a, d’entrée, été très agressif. Il a réussi en un tour de bras, à se saisir de la main de son adversaire, le déséquilibrer avant de l’envoyer au sol. Le public qui a également fait massivement le déplacement n’a pas boudé son plaisir. «La lutte fait partie de notre culture. Et cette culture doit être entretenue et transmise aux générations présentes et futures. Notre présence et nos conseils avisés constituent un véritable adjuvant pour les jeunes», a confié un sexagénaire. A l’image de la finale open, les lutteurs ont livré de beaux combats. Pour cette IVe édition, la compétition s’est déroulée en trois phases. La première a réuni les lutteurs du Sourou et du Nayala. La seconde a regroupé les lutteurs de cinq provinces du Burkina Faso, à savoir le Kadiogo, le Sanguié, le Houet, le Sourou et le Nayala. La 3e phase (open) a opposé les vainqueurs des différentes catégories. Pour Jacques Zerbo, président de l’association Konlèkou, initiatrice de ce rendez-vous, le tournoi vise à détecter des talents, préparer la relève et promouvoir la lutte traditionnelle. Le président s’est d’ailleurs dit entièrement satisfait du déroulement de la IVe édition qui a tenu toutes ses promesses. Jacques Zerbo a également déclaré qu’à travers les différents combats, les lutteurs ont démontré de bonnes dispositions et des capacités à relever de nombreux défis au niveau de la lutte traditionnelle au Burkina Faso. Aux dires de Yacouba Salouka, co-parrain de l’acte 4 du tournoi de lutte Konlèkou, la lutte traditionnelle est un puissant facteur de cohésion sociale et un outil de développement. D’où son invite aux initiateurs à trouver des voies et moyens pour pérenniser la compétition. Tous les vainqueurs de la finale et ceux classés de la 2e à la 4e place ont été récompensés en nature et en espèces. Romaric Kawané, grand vainqueur du tournoi a reçu un tricycle et la somme de 100 000 F CFA. Ferdinand Tony, vainqueur open de la catégorie locale a été récompensé d’une moto et 50 000 F CFA.

Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.