Le natif de Salbisgo compte investir dans la filière karité au Burkina Faso.

Le 2 avril 2019, le service régional des Editions Sidwaya de Koudougou a reçu un visiteur atypique. Il s’agit d’un planteur en république de Côte d’Ivoire, Kuilga Yacouba Bonkoungou. Portrait du troisième meilleur producteur de cacao au pays de Félix Houphouët Boigny.

Né en 1967 à Salbisgo dans la commune de Ramongo, province du Boulkiemdé, Kuilga Yacouba Bonkoungou, un grand planteur burkinabè résidant en Côte d’Ivoire n’a pas eu la change d’aller à l’école si bien que très vite, il a décidé d’aller travailler dans des plantations en Côte d’Ivoire.

C’est ainsi qu’en 1986, en pleine Révolution, alors qu’il n’avait que 19 ans, il prend le chemin de la lagune Ebriée à la recherche du bien-être. Dans ce pays d’accueil, il s’installe à Gagnoa. Plutôt que de se faire embaucher par des planteurs, il opta de se lancer lui-même dans la plantation. Plus de trois décennies après, Kuilga Yacouba Bonkoungou est aujourd’hui propriétaire de plusieurs champs de cacao d’une superficie de plus de soixante hectares.

La vingtaine d’employés qu’il paye annuellement à des coûts de millions F CFA, fait de lui, l’un des meilleurs producteurs de cacao dans le pays de Félix Houphouët Bogny.
Pour l’année 2018 en effet, Kuilga Yacouba Bonkoungou a été classé troisième meilleur producteur de cacao de la Côte d’Ivoire et premier dans la région de Gagnoa.

Un classement qui a valu au natif de Salbisgo des lauriers de la part des autorités ivoiriennes. «J’ai été décoré et j’ai reçu de nombreux prix en nature dont un séjour d’une semaine à l’hôtel du Golf à Abidjan avec les autres lauréats», a-t-il fait savoir. M. Bonkoungou a dit prendre ces honneurs comme une interpellation à mieux faire. Aussi, son engagement cette année est de progresser dans le classement pour occuper la deuxième place à défaut de la première.

Nonobstant cette bonne fortune qu’il engrange dans son pays d’accueil, Kuilga Yacouba Bonkoungou a pris conscience que le meilleur investissement qu’il pourrait faire est celui dans sa terre natale.

Aussi, il a relevé qu’il souhaite rencontrer les autorités en charge de l’agriculture du Burkina Faso pour discuter de ses projets dans ce domaine. «Je pense que le karité peut être le cacao du pays des Hommes intègres. Je compte donc investir dans la filière que j’estime porteuse», a-t-il annoncé. En attendant, le planteur fait déjà fructifier son argent de cacao dans le bâtiment. A Koudougou où il a décidé d’investir, il compte déjà une dizaine de maisons…

François KABORE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.