Le 1er vice-président de la CCI-BF, Mahamady Sanoh : «c’est un accompagnement qui consiste à financer les actions que les lauréats auront à mener».

La Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, a lancé un Projet d’appui à la transformation industrielle et artisanale (PATIA) le mardi 9 avril 2019 à Ouagadougou.

La valorisation et l’écoulement des produits artisanaux et industriels sont une grande problématique au Burkina Faso. C’est conscient de cette situation que la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), en collaboration avec ses partenaires, a procédé le 9 avril 2019 à Ouagadougou, au lancement officiel du Projet d’appui à la transformation industrielle et artisanale (PATIA).

Sur les raisons qui ont prévalu à la mise en place de ce projet, le 1er vice-président de la CCI-BF, Mahamady Sanoh, a dépeint l’industrie burkinabè, caractérisée par une prédominance des Petites et moyennes entreprises (PME) évoluant majoritairement dans le domaine de l’agroalimentaire qui regorge 43,53% des unités économiques, selon les statistiques de la CCI-BF.

Ce sont les difficultés qui minent ces unités industrielles qui ont justifié la mise en place du PATIA, a soutenu M. Sanoh. De façon pratique, le projet mettra l’accent sur des entreprises transformatrices, focalisées sur l’accélération de la transformation agro-sylvo-pastorale et artisanale à forte potentialité de croissance de sorte à leur apporter un accompagnement susceptible de renforcer la qualité, la visibilité, et la compétitivité de leurs productions.

« Le PATIA que nous lançons se veut être une compétition de projets de développement d’entreprises, qui permettra aux lauréats, de bénéficier d’un accompagnement de la CCI-BF pour la protection, la mise aux normes et la labellisation
de leurs produits par des structures spécialisées en la matière », a précisé le vice-président de la CCI-BF.

Ainsi, les lauréats bénéficieront d’un accompagnement de l’institution consulaire pour une participation à des foires et salons internationaux ainsi que pour la distribution de leurs produits dans des magasins et grandes surfaces, a-t-il ajouté. Selon Mahamady Sanoh, douze entreprises seront primées dans ce cadre, dont 5 micros, 5 petites et 2 moyennes pour une valeur globale de 70.000.000 FCFA sous forme de paquet de services déterminés en fonction du projet de développement de l’entreprise.

En clair, « ce n’est pas de l’argent qui sera distribué, c’est un accompagnement qui consiste à financer les actions qu’elles auront à mener », a-t-il renchéri. Il a, par ailleurs, affirmé sa conviction que le PATIA permettra «d’accélérer de manière significative la transformation structurelle de l’économie burkinabè». La directrice adjointe de la CCI-BF, Patricia Badolo, a assuré qu’un comité technique de sélection pluridisciplinaire sera mis en place pour assurer la qualité et la transparence du processus de sélection des lauréats dont les dossiers seront reçus jusqu’au 9 mai 2019.

Dawara Sylvie SOU
(stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.