Le Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR) a organisé, le dimanche 14 avril 2019 à Ouagadougou, une conférence de presse au cours de laquelle le député Tahirou Barry a répondu favorablement à l’appel à sa candidature pour la présidentielle de 2020.

Le député Tahirou Barry sera sur la liste des candidats dans la course pour la conquête du palais présidentiel de Kosyam en 2020. Trois mois après l’appel lancé par le Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), l’invitant à se porter candidat à la prochaine élection présidentielle, Tahirou Barry, vient d’accéder à la requête au cours d’une conférence, tenue le dimanche 14 avril 2019 à Ouagadougou. « A cette sollicitation de ces vaillants jeunes, je n’ai ni le droit de me dérober ni d’hésiter. C’est pourquoi, j’ai décidé librement et solennellement de relever ce défi qui m’a été proposé en acceptant de me porter candidat à l’élection présidentielle prochaine de ma patrie », a-t-il déclaré, lors de la rencontre avec les hommes des medias. Et d’ajouter : « si j’accepte d’être candidat en 2020, c’est au nom de ma génération, une jeunesse valeureuse qui souffre, mais qui espère et aspire à un bonheur dans un pays réconcilié avec lui-même et ses valeurs ». Mais à en croire le député, depuis le 27 janvier 2019, date à laquelle l’appel lui été adressé, il a entamé des consultations auprès de sa famille et de leaders d’opinion. Il dit avoir également mené des réflexions sur le sens d’un tel engagement.

« J’ai profondément médité sur la situation actuelle et le devenir de ma patrie. Au fond de ma solitude et dans la profondeur de la nuit, je me suis posé d’innombrables questions, j’ai toujours été face à des équations à traiter car l’élection présidentielle est une redoutable épreuve de vérité et de sacrifices », a-t-il soutenu. Concernant les priorités, le présidentiable prévoit s’attaquer à trois grands maux, à savoir le terrorisme et l’érosion « profonde » de la cohésion sociale, la paupérisation « accélérée » des vaillantes populations, particulièrement les femmes et enfin, le chômage « endémique » des jeunes dans les villes et les campagnes. Conscient des grands défis qui se dressent sur son chemin, Tahirou Barry a saisi l’occasion pour appeler les Burkinabè au rassemblement afin de porter haut sa candidature. « Je voudrais que ma candidature transcende les considérations partisanes pour être portée par une coalition encore plus forte et crédible de partis et mouvements associatifs soucieux du devenir radieux de notre pays », a-t-il souhaité, ajoutant qu’il mettra toute son énergie dans cette démarche jusqu’à la tenue du scrutin.

Dissident du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), le député Barry a mis à profit cette rencontre avec la presse pour rendre un vibrant hommage au fondateur Laurent Kilachou Bado. « Je suis reconnaissant à celui qui m’a enseigné et guidé mes pas encore hésitants dans l’arène impitoyable de la politique depuis octobre 1999. A ce grand éducateur hors pair, je réitère toutes mes excuses publiques pour mes actions ou omissions qui lui ont causé du tort », a-t-il confié. Peut-on s’attendre à une alliance entre le MCR et le PAREN en 2020 ? Réagissant à cette interrogation, Tahirou Barry a préféré aller en prenant des gants. « En politique tout est possible », s’est-il contenté de dire. Sur la question de l’idéologie du parti, l’homme s’est voulu clair : « Nous ne comptons pas nous enfermer dans un carcan idéologique mais plutôt user de pragmatisme pour repositionner le Burkina Faso sur le chemin de développement ».

Beyon Romain NEBIE
nbeyonromain@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.