Littérature : Des recettes pour vivre heureux

Le livre de Raphaëlle Giordano propose au lecteur des exercices pratiques pour mener une vie heureuse.

Paru aux éditions Edito en 2015, «Ta deuxième vie commence quand tu comprendras que tu n’en as qu’une» est le premier roman de Raphaëlle Giordano. Auteure, artiste peintre, coach en créativité et en développement personnel, elle relate dans ce livre l’art de transformer sa vie pour trouver le chemin du bien-être et du bonheur.

Comment retrouver le bonheur perdu ? C’est à cette délicate question, que Raphaëlle Giordano, auteure à succès, tente de répondre, dans son roman intitulé «Ta deuxième vie commence quand tu comprendras que tu n’en as qu’une». Camille, l’héroïne du roman a tout pour être heureuse. Mariée et mère d’un garçon de 9 ans, elle a un emploi permanent. Mais elle a le sentiment que le bonheur lui a glissé entre les doigts. Par un mauvais temps, en panne sur la route, son chemin croise celui de Claude Dupontel.

Ce dernier est routinologue de profession. Le routinologue est un expert en accompagnement dans l’art de retrouver le bonheur perdu. Camille, ayant accumulé trop de frustrations se laisse aller à la confidence. Après l’avoir écoutée attentivement, Claude détecte en elle, une routinite aigüe et lui propose son aide. Et selon lui, la routinite est une affection de l’âme dont les symptômes sont la baisse de motivation, la morosité chronique, la perte de repères et de sens, la difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, le désenchantement et la lassitude…

Sceptique au début, Camille ne tarde pas à se lancer dans le programme du routinologue. Etape par étape, Claude va s’atteler à conduire Camille sur le chemin de la joie et de l’épanouissement à travers des expériences créatives et riches. Pour cela, plusieurs exercices sont à l’ordre du jour. Claude préconise, d’entrée, la Mission «Grand blanc», c’est-à-dire le grand ménage in et out.

Le ménage in ou ménage intérieur consiste à identifier tout ce qui paraît toxique, néfaste, sclérosant dans notre relation aux autres, notre organisation, notre environnement.
Le ménage out ou ménage extérieur est le fait de se concentrer sur son cadre de vie pour l’améliorer de toutes les façons possibles, en se débarrassant des objets inutiles ou abîmés, en faisant du tri, du rangement, en rafraîchissant la décoration, etc…

Après le grand ménage, Camille doit apprendre à « couper les élastiques du passé ». Les «élastiques» du passé sont des événements qui nous ont affectés et dont nous n’avons pas conscience de l’influence sur notre présent.

Changer de dialogue intérieur

Certaines circonstances de notre vie d’aujourd’hui réactivent ces blessures et libèrent malgré nous une charge émotionnelle disproportionnée par rapport à l’évènement déclencheur. Pour vivre mieux le quotidien, il convient d’identifier ces «élastiques» et de les «couper», en prenant conscience tout d’abord, puis en entreprenant certaines actions.

La technique du «changer de dialogue intérieur» est également proposée par Claude à Camille. Pour y parvenir, elle doit se soumettre à une technique qui a fait ses preuves: répéter chaque matin devant le miroir des affirmations positives sur soi-même. Même si on n’y croit pas encore tout à fait, le cerveau, lui, les entend et les enregistre.

On y gagnerait en bien-être et on restaurerait une image valorisée de soi-même. L’autre étape dans la reconquête du bonheur perdu est le développement des pensées et attitudes positives. Nos paroles ont une vibration. Notre attitude physique aussi. Les deux influencent grandement notre mental et, par extension, notre réalité. Voilà pourquoi il est bon d’adopter une pensée et une attitude positives.

Après les pensées et attitudes positives, Claude suggère d’ «éviter de nourrir ses rats». Nous «nourrissons nos rats» si nous encourageons la partie de nous-même qui aime bien se faire plaindre. Ce qui est souhaitable, donc, c’est d’arrêter de nourrir ces rats, et d’essayer de comprendre l’impact de nos peurs et de nos blessures sécrètes sur notre attitude. L’ultime étape consiste à avoir des instants de gratitude.

Chaque jour, il faut avoir en tête un remerciement pour tout ce que notre journée nous a apporté de positif, du plus insignifiant au plus grand bonheur (du bienfait d’une tasse de café au réveil, à l’incommensurable joie d’un accomplissement personnel). Camille a appris à travers Claude que développer ses capacités à être heureuse n’est pas une chose qu’on apprend à l’école. Elle se travaille, se muscle jour après jour.

Et il suffit de revoir son système de valeurs, de rééduquer le regard qu’on porte sur la vie et les événements. C’est ainsi que Camille est ressortie de ces expériences ragaillardie, épanouie, et confiante en l’avenir avec en main le mode d’emploi pour être heureux.

Awa COMPAORE
(Collaboratrice)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.