Projet d’appui à la transformation de l’économie : Marie Laurence Ilboudo sur les traces des bénéficiaires

La ministre en charge de la Femme, Marie Laurence Ilboudo a promis d’opérationnaliser l’unité de production de l’Union pour la promotion de la production locale des transformatrices d’arachides d’ici la fin de l’année.

La ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Marie Laurence Ilboudo, a visité des organisations féminines à Kaya et à Ouagadougou, le jeudi 2 mai 2019. Cette sortie s’inscrit dans le cadre de suivi-supervision des activités des bénéficiaires du crédit de financement de l’entreprenariat féminin.

Le secteur n°3 de Kaya, chef-lieu de la région du Centre-Nord, abrite le siège de l’Union départementale Wend-Konta (UWK) des étuveuses de riz de Kaya. Une association forte de 104 membres, toutes issues de quatre groupements féminins spécialisés dans l’étuvage du riz. L’association dispose d’une unité de transformation des produits locaux tels que la pâte d’arachide, le soumbala, la farine de maïs, etc.

En 2017, cette structure dirigée par Ella Claudine Ouédraogo a bénéficié de 20 millions F CFA du «Projet riz paddy en riz étuvé», dans le cadre du Projet d’appui à la transformation de l’économie et à la création de l’emploi (PATECE). Avec ce montant, Mme Ouédraogo et ses camarades ont pu acheter la matière première et constitué un fonds de roulement.

Le jeudi 2 mai 2019, l’UWK a reçu dans ses locaux, la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Marie Laurence Ilboudo, accompagnée de la Directrice générale de l’autonomisation économique de la femme (DGAEF), Edwige Ninon Yaméogo. Elles sont allées constater les réalisations de l’Union départementale des étuveuses du riz.

A les écouter, ces sorties répondent à un souci de concertation permanente entre le département en charge de la femme et les bénéficiaires des fonds afin de s’assurer de la bonne exécution des projets sur le terrain, de visiter certaines réalisations, d’apprécier le taux de remboursement des prêts et de déceler d’éventuelles difficultés.

Une démarche saluée par la présidente Ella Claudine Ouédraogo. A l’occasion, elle a relevé quelques difficultés qui entravent le bon fonctionnement de son entreprise. Il s’agit du manque d’équipements notamment d’une décortiqueuse et d’une trieuse. Mme Ouédraogo a déploré l’absence de circuit d’écoulement.

A ce sujet, elle a confié que son association n’a que la Société nationale de gestion des stocks de sécurité alimentaire(SONAGESS) comme partenaire. A cet effet, la présidente de l’UWK a demandé à Marie Laurence Ilboudo et à sa délégation, de les aider à étendre leur marché aux cantines scolaires, aux maisons d’arrêt et de corrections, etc. Etant en location, les femmes souhaitent avoir leur propre terrain.

Un financement de 200 millions F CFA

La délégation s’est dit satisfaite des réalisations des femmes.

Après le siège de l’UWK, Laurence Ilboudo et son équipe se sont rendues sur le site de l’Union pour la promotion de la production locale et des transformatrices d’arachides, également bénéficiaire du PATECE pour son projet «Renforcement unité de production d’huile d’arachides». L’organisation a reçu plus de 9 500 000 FCFA répartis aux 40 membres en raison de 35 000 FCFA chacune pour l’achat des matières premières.

Là-bas, les femmes du groupement disposent d’un grand bâtiment où elles mènent leurs activités. Une bâtisse, qui selon la présidente, Adja Mariam Derra, devrait abriter une unité de transformation de leurs produits.

Malheureusement, plus de six ans après, les équipements se font toujours attendre. Une préoccupation soumise à la première responsable du département en charge de la femme. «Nous sommes très satisfaites des réalisations des femmes du Sanmatenga et de l’accompagnement de notre département», s’est réjouie Marie Laurence Ilboudo. Octroyé pour quatre ans, le taux de recouvrement est à 80% en deux ans d’exercice.

Pour ce qui est des préoccupations, le ministre Ilboudo a promis accompagner les femmes à opérationnaliser leurs unités de productions d’ici à la fin de l’année 2019 afin qu’elles puissent répondre à la demande nationale en terme de consommations des produits locaux.

A Ouagadougou, la délégation s’est rendue, dans l’après-midi, dans les locaux du Collectif des associations de restauratrices et transformatrices des produits locaux Projet de renforcement des capacités de la transformation agroalimentaire, situé à Tanghin. Avec un prêt de 20 millions de francs CFA, les bénéficiaires ont déjà remboursé la moitié.

Cette sortie du ministère en charge de la Femme dans le Kadiogo et le Sanmatenga est la dernière étape dans les suivi-évaluations déjà effectués dans neuf régions bénéficiaires. Des associations et groupements ont bénéficié en 2017 d’un fonds de 200 000 000 F CFA financé par la Banque africaine de développement (BAD) à travers le PATECE et mise en œuvre par le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES).

Mariam OUEDRAOGO
mesmira14@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.