Le Comité de coordination inter-agence (CCIA) sur la vaccination a tenu sa première session de l’année, le mardi 16 avril 2019 à Ouagadougou. Cette rencontre a été consacrée à l’analyse de la situation du Programme élargi de vaccination (PEV), afin de développer de nouvelles stratégies de couverture pour atteindre tous les enfants du Burkina Faso.

Les membres du Comité de coordination inter-agence (CCIA) sur la vaccination se sont retrouvés, le mardi 16 avril 2019 à Ouagadougou. C’était lors de leur première session de l’année. Une rencontre au cours de laquelle, le comité s’est penché sur les activités réalisées en 2018 dans le domaine de la vaccination. Ainsi, ils ont passé en revue la situation du Programme élargi de vaccination (PEV), notamment celles des vaccins, des équipements de froid et du matériel roulant. Aussi, ils ont analysé les résultats de l’évaluation de la Gestion efficace des vaccins (GEV) et celui de vaccination et surveillance. Pour le directeur général de la santé publique, Dr Isaïe Meda, les objectifs de couverture de 2018 ont été atteints. Des performances saluées par la représentante-résidente de l’UNICEF au Burkina Faso, Dr Anne Vincent. Elle a soutenu qu’il est clairement établi que de toutes les interventions de santé publique, la vaccination est la plus rentable du point de vue coût/efficacité après l’eau potable. Et pour preuve, elle a indiqué que la vaccination permet d’éviter la perte de plus de 2, 5 millions de vies par an à travers le monde. C’est pourquoi, de l’avis de Dr Anne Vincent, le président du Faso, Roch Kaboré, a fait du renforcement de la couverture vaccinale par tous les vaccins protégeant les femmes en âge de procréer, les nouveau-nés et les enfants, un des principes de base du pacte pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et infantile et pour la promotion de la santé des adolescents. Le montant du budget de l’Etat consacré aux vaccins et à la vaccination est passé de 1 milliard 200 millions F C FA en 2016 à 4 milliards 400 millions en 2019. Et Dr Meda de confier que dans la sous-région, le Burkina Faso est le pays qui a les plus belles performances en matière de vaccination. Il a ensuite expliqué que le PEV, depuis sa création en 1920, est passé de quatre antigènes à 14 de nos jours. Des efforts qui ont fait du président du Faso en 2018, le champion mondial de la vaccination. En termes de perspectives, le directeur général de santé publique a souligné qu’il faut travailler à ce que le pays des Hommes intègres demeure toujours leader dans la sous-région et faire en sorte que tous les enfants bénéficient des vaccins qu’il leur faut. «Il y a toujours des enfants qui échappent à la vaccination», a relevé Dr Meda. Donc, a-t-il dit, il faut aller chercher les enfants, même dans les zones difficile d’accès.

Mariam OUEDRAOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.