Le président du Faso, Roch Kaboré, a sollicité les prières et bénédictions des évêques pour le Burkina.

La IIIe assemblée plénière des évêques de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) s’est ouverte hier, mardi 14 mai 2019 à Ouagadougou en présence du président du Faso, Roch Kaboré. Placée sous le thème : «La nouvelle évangélisation et le développement humain intégral dans l’Eglise-Famille de Dieu en Afrique de l’Ouest», la rencontre se tiendra jusqu’au 20 mai prochain.

Pasteurs dans un espace «en proie à la pauvreté, à l’extrémisme violent, aux conflits intercommunautaires et à l’insécurité», en-viron 150 évêques de la Conférence régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO), recherchent les voies et moyens, une nouvelle approche d’évangélisation pour un développement intégral prenant en compte la personne humaine et ses priorités.

Cela à la faveur de leur IIIe assemblée plénière qui se tient, depuis mardi 14 mai 2019 à Ouagadougou et, ce, jusqu’au 20 mai prochain. La cérémonie d’ouverture de la rencontre à laquelle le président du Faso, Roch Kaboré a pris part, a fait une part belle à la solennité que l’on connaît à l’Eglise catholique.

En l’espèce, il s’est agi de l’exécution en chœur du Ditanyè suivie d’une procession avec la parole de Dieu sur fond d’acclamation et de proclamation de l’évangile de saint Luc. Une prière pour toutes les victimes récentes et lointaines du terrorisme a ensuite été dite, avant que la présentation des différentes conférences épiscopales nationales et interterritoriales (Bénin, Sénégal-Cap Vert-Mauritanie-Guinée Bissau, Guinée, Mali, Ghana, Côte d’Ivoire et Sierra Léone-Gambie) et des congrégations religieuses.

Le cardinal Philippe Ouédraogo : « Notre évangélisation va de pair avec le développement de l’Homme ».afrique

ouest

Le bal des allocutions a été ouvert par le cardinal Philippe Ouédraogo qui, après un «salut déférent» au chef de l’Etat et à toutes les autorités publiques, a indiqué que tous les évêques nourrissent un rêve commun et veulent contribuer à relever les défis majeurs et prioritaires des populations à leur charge.

«Notre évangélisation qui va de pair avec la promotion humaine et le développement intégral de l’Homme a besoin d’être renouvelée en son ardeur, ses méthodes et expressions afin d’atteindre ses objectifs», a expliqué l’archevêque de Ouaga-dougou. Pour sa part, le président de la conférence épiscopale Burkina-Niger, Mgr Paul Ouédroago, a salué la présence de ses confrères venus des autres pays, déplacement qui est le signe de leur «solidarité pastorale et fraternelle» envers les Burkinabè dans une situation sécuritaire difficile.

Il a souhaité que la terre du Burkina Faso soit fertile aux réflexions de la conférence régionale afin qu’elles donnent du fruit pour un renouvellement de notre huma-nité. Parmi les nombreux discours prononcés, on retiendra aussi celui du ministre d’Etat, en charge du culte, Siméon Sawadogo, qui a livré le message du chef de l’Etat burkinabè.

Tout en appréciant positivement le fait que l’Eglise ouest-africaine mette désormais le développement humain intégral au cœur de ses préoccupations premières, le porte-parole du président du Faso a reconnu les mérites de l’institution face à certaines questions et problématiques majeures actuelles.

Ne pas fragiliser le tissu social

Le ministre a sollicité les prières et bénédictions des évêques pour le Burkina Faso qui fait face aux tentatives des terroristes de fragi-liser son tissu social.
De son côté, le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou, a estimé que le thème de la réunion régionale est pertinent et s’inscrit dans les idéaux de ladite organisation.

Quant au président de la CERAO, Mgr Ingnatus Kaïgama du Nigéria, il a rappelé le contexte sociopolitique de l’Afrique de l’Ouest, dans lequel les politiques, pour arriver à leurs fins, n’hésitent pas à manipuler les Constitutions et les processus électoraux et à créer la division ethnique et religieuse. Le prélat a invité les participants à tenir compte de cela dans la définition des nouvelles méthodes d’évangélisation.

Jean Philibert SOME


Le président du Faso : «Nous devons restés soudés»

«Je salue la présence des évêques au Burkina Faso en proie à la lutte contre le terrorisme sur son territoire et dans la sous-région. Nous avons noté ces temps-ci que les terroristes cherchent à modifier leur mode opératoire en créant des conflits intercommunautaires et interreligieux. Récemment des chrétiens ont été tués pour avoir pratiqué leur foi…Nous devons rester soudés, malgré nos différences.

Que chaque Burkinabè se dise que ce qui nous arrive atteint aussi d’autres. Nous devons tous nous mettre résolument dans la lutte contre le terrorisme. La CEDEAO est à nos côtés…Le phénomène relève des questions contemporaines et nous concerne tous…Nous souhaitons que les travaux de la CERAO se déroulent dans de bonnes conditions et que les participants repartent en paix».

Propos recueillis par JPS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.