Le secrétaire général du SYNTETH, Youssiffo Ouédraogo : «nous ne serons pas complices de ce projet d’écocide».

Le Syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie (SYNTETH) a animé une conférence de presse, le vendredi 17 mai 2019 à Ouagadougou, pour dénoncer le déclassement de la forêt classée de Kua à Bobo-Dioulasso.

Le Syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie (SYNTETH) est contre le déclassement de la forêt classée de Kua à Bobo-Dioulasso, pour servir de site de construction d’un hôpital de référence. En effet, il a animé une conférence de presse, le vendredi 17 mai 2019 à Ouagadougou, pour expliquer les raisons de son désaccord. Selon le Secrétaire général (SG) de la structure, Youssiffo Ouédraogo, les agents de l’environnement sont déçus de la décision du gouvernement de déclasser ladite forêt.

Il a qualifié cette décision de «crime écologique». Pour lui, le projet de «destruction» de la forêt de Kua est un signe que le gouvernement ne s’intéresse pas au secteur de l’environnement. Le SG du SYNTETH a indiqué que les travailleurs de l’environnement ne sont pas contre la construction de l’hôpital. A l’entendre, l’hôpital peut être construit sur un autre site. Même s’il est possible de déterrer les arbres pour les planter sur un autre site, Youssiffo Ouédraogo relève qu’on ne peut pas déplacer les nappes d’eau de la forêt.

«La construction d’un bâtiment fait l’objet d’une étude d’impact environnemental et social. Il en est de même pour le déclassement d’une forêt», a-t-il souligné. Mais, il a dit avoir constaté que ces conditions n’ont pas été respectées dans la mesure où ce sont les agents de l’environnement qui devraient le faire. M. Ouédraogo a mentionné que la forêt classée est l’outil de travail des agents de l’environnement et la loi leur donne la force d’assurer l’intégrité des forêts.

Jusqu’à ce que la loi nous dise le contraire, nous allons défendre la destruction de ces forêts, a insisté Youssiffo Ouédraogo. Le SYNTETH a appelé la société civile, les pouvoirs publics et toutes les personnes soucieuses de l’avenir du Burkina Faso, à s’opposer au déclassement de la forêt de Kua. Il a également invité les autorités
du ministère en charge de l’environnement, occupant des postes de nomination à rendre leur démission.
Car pour le conférencier, ces responsables ont prêté serment de protéger le couvert végétal.

Lassina BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.