Les masques étaient en fête à Bagassi. Cette commune rurale de la province des Balé a abrité la deuxième édition de son festival des masques, avec la participation d’une dizaine de sociétés de masques.

La deuxième édition du festival des masques de Bagassi (FEMAB), tenue du samedi 11 au dimanche 12 mai 2019, a tenu toutes ses promesses. Pendant deux jours, cette localité, située à une quarantaine de kilomètres de Boromo, a connu une animation singulière. Plusieurs sociétés de masque étaient à l’honneur, à savoir  les masques de Vy, Kaho, Haho, Dousi , Bagassi.

C’était essentiellement deux types de masques (fibre et feuille). Comme l’exige la tradition, ces deux variétés de masques ne devant pas se croiser, il a fallu un programme bien ficelé pour les faire prester sur la même scène. Pour ce faire, les quartiers de Bagassi que sont Biètoumounièyio et Piénièyio ainsi que les villages de Kaho et Vy, détenteurs des masques de fibre se sont exprimés les premiers. Leurs prestations ont donné de voir de belles chorégraphies de flûtistes et joueurs de tam-tams qui accompagnent le masque dans son expression. La cadence des masques, ponctués de pirouettes, arrachaient des you-you du public. Un intermède de danse du Lambéyoro a permis à ces masques de fibre de se retirer pour faire place à ceux en feuille. Trois quartiers de Bagassi (Wongonièyio, Sinyio, Yakuyio) et les villages de Haho et Doussi possèdent ce type de masques. La communion avec le public commence par un tour d’honneur de la scène où les masques sont suivis de leurs accompagnateurs.  Après le tour d’honneur, les sociétés de masques se succèdent sur la scène, animées par des griots très habiles. Le public exulte et certains spectateurs quittent la foule pour rejoindre les masques afin d’esquisser quelques pas de danse. Ces scènes de danse de masques ont occupé le public dans la matinée et aussi dans la soirée.

Le FEMAB, une attraction

Si à la première édition, des observateurs avertis déploraient l’ignorance des pas de danse de certaines sociétés de masques, cette année, le constat est que toutes ont bien presté. Un fait que le président de l’association Waban Benoît YE, organisatrice de l’évènement, n’a pas manqué de souligner. Pour lui, cela est à l’honneur de l’association qui se donne pour mission, de faire revivre nos valeurs culturelles en déperdition.

Il est à noter que le FEMAB 2019 a connu la présence de deux ministres (Urbanisme et de Habitat, et  celui de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques). Pour le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, Maurice Dieudonné Bonanet, président de la cérémonie, l’homme peut tout oublier sauf sa culture. « Par conséquent, toute action tendant à valoriser et à perpétuer notre culture afin qu’elle soit connue des générations futures est à saluer et à encourager », a-t-il soutenu. Et d’insister « Dans un contexte où notre pays fait face à une fronde sociale, je vous invite à faire de la paix et de la cohésion sociale votre préoccupation quotidienne. Rappelez-vous à cet effet que les masques et les danses populaires que nous célébrons ce jour ont toujours été à travers les âges, des canaux de résolutions de conflits et du vivre ensemble ».

A.K

L.Y

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.