Alors qu’on pensait que cette fois-ci était la bonne, la rencontre gouvernement-syndicats, après celle de 2016, n’aura tenu le temps d’une cérémonie d’ouverture. En effet, ouverte le 21 mai 2019 à Ouagadougou par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, le traditionnel dialogue entre l’exécutif et les organisations syndicales pourtant prévu du 21 au 26 mai, ne s’est limitée qu’à la seule matinée du jour d’ouverture.

Au début des travaux, le gouvernement et le monde syndical ont pourtant salué la reprise de ce dialogue social pour examiner et «traiter» les revendications des partenaires sociaux. Voilà qu’après la cérémonie d’ouverture, le monde syndical a posé comme préalable pour la suite des discussions, la suppression de l’Impôt unique sur le traitement des salaires (IUTS) prélevé sur les primes et indemnités servies aux travailleurs du privé et du public que l’Etat s’était engagé à résoudre.

«Plus de deux ans après, le constat est amer, car la situation de l’IUTS est restée en l’état. Son prélèvement a été inscrit dans la loi de finances 2017 sans aucune concertation préalable avec les organisations syndicales. Pour nous, soit on résout ce problème, soit il n’y a pas de discussion. Il ne sert à rien de prendre des engagements sans les respecter», a estimé le porte-parole du monde syndical, Yamba Georges Kouanda, président du mois des centrales syndicales.

Pendant ce temps, le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA), est en grève de 96 heures (du 21 au 25 mai), suivie d’un boycott des gardes et permanences du 25 mai au 3 juin 2019 pour exiger la satisfaction de sa plateforme revendicative.

C’est dire que le décor est planté et rien ne présage d’une baisse rapide de la tension sociale sous nos cieux, même si l’UAS se dit disposée à repartir à la table des discussions si le gouvernement donne une réponse à sa préoccupation. Au regard de la multiplicité des mouvements d’humeur qu’a enregistrés le pays ces mois-ci, l’opinion publique avait espéré que ce dialogue gouvernement-syndicats, allait être le cadre idéal pour tracer les sentiers d’un retour progressif à la normale, avec pour couronnement, l’application effectivement des conclusions de la conférence nationale sur la remise à plat de la rémunération des agents publics.

Pour sûr, ce retour à la table de négociation s’impose dans un pays où l’union sacrée, bien plus qu’une nécessité, est aujourd’hui une obligation pour les fils et filles du pays, qu’ils soient fonctionnaires, salariés du privé, acteurs de l’économie informelle, hommes politiques ou agriculteurs, afin d’unir les forces contre l’ennemi actuel et commun de la Nation : le terrorisme.

L’urgent, il faut le dire, reste la sécurisation des personnes et des biens et la protection du territoire national d’où la pertinence de la trêve sociale que le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré n’ont cessé de demander. Et pour cause, la situation sécuritaire actuelle a désorienté les priorités du pays qui sont désormais consacrées à la lutte contre le terrorisme, même si les autres secteurs ne sont pas pour autant à oublier.

Sur la base de revendications légitimes, les syndicats ne demandent certes que le gouvernement respecte ses engagements à travers les accords qu’il a signés depuis trois ans dans certains cas, mais il faut reconnaître qu’à trop tirer sur la corde, elle risque de se casser.

Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.