Agression des défenseurs de la foret de Kua : L’UPC dénonce des agissements « rétrogrades »

Le 2e vice-président de l’UPC, Adama Sosso (micro), a dénoncé l’agression des défenseurs de la forêt de Kua

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a condamné, le lundi 27 mai 2019 à Ouagadougou, les actes de vandalisme qui ont suivi la conférence de presse du Mouvement pour la protection de la forêt de Kua (MPFK) à Bobo-Dioulasso.

A la suite de l’agression des membres du mouvement pour la protection de la forêt de Kua (MPFK), l’union pour le progrès et le changement (UPC) a organi-sé une conférence de presse, le lundi 27 mai 2019 à Ouagadougou, pour exprimer son indignation. Pour le 2e vice-président chargé des affaires politiques du parti, Adama Sosso, c’est une tentative d’étouffer la liberté d’expression et d’association de citoyens soucieux de protéger l’environnement.

«Il est intolérable d’instrumentaliser des vandales pour remettre en cause cette liberté en vue de camoufler des échecs politiques», a-t-il déclaré. M. Sosso a rappelé que le MPFK, un regroupement de citoyens opposés au déclassement partiel de la forêt de Kua, a procédé au lancement de ses activités au jardin Kaboré à Bobo-Dioulasso. Et c’est à l’issue de la conférence de presse, a-t-il relaté, que des jeunes instrumentalisés, armés de fouets, cordes et d’autres objets dangereux ont agressé des membres du mouvement.

Selon lui, ceux-ci ont détruit des chaises, endommagé des engins et projetaient vandaliser des domiciles privés dont celui du député Moussa Zerbo. De même, ils se seraient rendus à la RTB2/Hauts-Bassins pour obliger des journalistes à tout arrêter pour couvrir leur manifestation.

Ces agissements «rétrogrades et anti-démocratiques», à entendre Adama Sosso, sont soutenus par des chapelles politiques tapis dans l’ombre. Le secrétaire général de l’UPC, Rabi Yaméogo, a accusé le gouvernement d’être «incapable» de protéger la population. A propos du déclassement de la forêt de Kua, le député Amadou Sanou, natif de Bobo-Dioulasso, a expliqué que l’on est parti de quatre sites au départ pour déboucher «spontanément » sur celui de la forêt de Kua.

Après une visite du site, il a affirmé que c’est une forêt qui contient six sources d’eau, dont la principale se trouve dans les 16 hectares bornés.

Se basant sur les propos des agents des eaux et forêts, il a révélé que Kua est la seconde réserve d’eau la plus importante de l’Afrique de l’Ouest, après celle de la Guinée. Le parlementaire a précisé que l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) y a même implanté des bornes.

L’UPC s’est dit solidaire de l’ensemble des membres du MPFK tout en invitant les autorités administratives à l’impartialité dans la gestion de cette polémique. Tout en rappelant le manque de consensus sur l’occupation de cet espace, le parti du lion dit soutenir le projet de construction de l’hôpital à «Bobo-Dioulasso et nulle part ailleurs».

Tielmè Innocent KAMBIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.