Il y a du nouveau dans l’affaire du sucre perdu et qui avait divisé des membres de la section provinciale du MPP/Banwa. Selon les informations reçues, le sucre tombé dans l’eau entre Gnassoumadougou et Signoghin dans les Banwa, a été retrouvé sur la voie, non loin d’une concession.

En effet, un conseiller MPP en partance pour Kouka aurait aperçu des cartons de sucre au bord de la voie et a informé un membre de la famille afin de procéder au ramassage du sucre pour le mettre en lieu sûr.

Une semaine après que le secrétaire général de la section provinciale du parti ait informé le ministre Salifo Tiemtoré, de 11 cartons trempés et au bureau provincial de la perte de ces mêmes cartons, le dimanche 2 juin 2019, le secrétaire général communal du MPP, et le secrétaire provincial ainsi que le commandant de brigade adjoint de la gendarmerie sans les plaignants, ont effectué le déplacement pour vérification.

C’est ainsi que 164 paquets de sucre ont été retrouvés intacts. Ces trois personnes ont convoyé le sucre, environ 6 cartons (164 paquets) à la brigade territoriale de gendarmerie de Solenzo afin de poursuivre les investigations.


49 747 candidats au CEP 2019 dans les Hauts-Bassins

Les acteurs de l’enseignement de base de la région des Hauts-Bassins ont tenu, le lundi 3 juin 2019, une rencontre préparatoire des examens et concours d’entrée en 6e, session 2018-2019, prévus se dérouler, du 11 au 16 juin 2019. Pour cette session 2018-2019, la région présente 49 747 candidats au Certificat d’études primaires (CEP), répartis dans 206 centres de composition avec 65 présidents de jury.

«Il faut noter que cette année, le nombre de candidats a augmenté. Nous sommes passés de 45 845 en 2017-2018 à 49 747 en 2018-2019», a déclaré Fousséni Sanou, inspecteur de l’enseignement de 1er degré à la direction régionale de l’enseignement de base. Les responsables des circonscriptions de l’enseignement de base ont fait part des difficultés qu’ils ont rencontrées l’année dernière et poser en même temps leurs préoccupations.

Ils demandent aux chefs de service de la direction régionale, de jouer leur partition afin que les épreuves de cette année puissent se dérouler dans de bonnes conditions. La direction régionale a, à son tour sollicité les responsables des circonscriptions et des présidents des 65 jurys, de mettre l’accent sur la rigueur et la vigilance dans le traitement des données et des notes.

Elle les exhorte également à déposer les résultats dans un délai bref, du 1 au 3 juillet, après les examens. Pour les années à venir, la direction régionale invite les circonscriptions à déposer les dossiers d’examen des candidats tôt, pour éviter les retards dans leurs traitements.


Club des communicateurs de l’Université Nazi- Boni : une soirée-gala demain samedi 8 juin 2019

Le club des communicateurs de l’Université Nazi-Boni, a organisé une conférence de presse le 3 juin 2019 à Bobo-Dioulasso, sous le thème «Importance et place du communicateur dans le développement des entreprises, et la culture d’une société citoyenne».

A l’occasion, les conférenciers ont annoncé un dîner- gala, le samedi 8 juin 2019. «Durant cette soirée, les communicateurs tenteront de montrer leur importance et leur place au sein des entreprises aux opérateurs et aux chefs d’entreprises», a laissé entendre, le président du club des communicateurs de Nazi-Boni, Latif Ouédraogo.

Cette cérémonie s’inscrit dans l’agenda du club. Elle a une fonction didactique et un caractère de visibilité. Pour atteindre ses objectifs, le Club des communicateurs, promet à ses 200 invités, une soirée de découvertes. «Dans la soirée du 8 juin, nos invités, auront un dîner d’échanges, une projection de film documentaire, un défilé de mode pour mettre en exergue le savoir- être du communicateur, une pièce théâtrale et des prestations d’artistes», a déclaré, le vice- président du club, Jacob Zongo.

Le club des communicateurs a vu le jour en 2014 et reconnu en 2018. C’est un réseau d’étudiants de la communication d’entreprise de l’Université Nazi- Boni. Il a pour mission générale, la promotion de la filière communication et les métiers du communicateur aux chefs d’entreprises.


Bobo-Dioulasso, ville morte le lendemain du Ramadan

La ville de Bobo-Dioulasso ressemblait à une ville morte le lendemain de la fête de Ramadan qui a eu le 5 juin 2019. Les rues étaient presque désertes, des boutiques et hangars étaient fermés et le marché central n’a pas ouvert ses portes. Les services publics ont fonctionné avec cependant de nombreuses absences. Les lendemains de la fête de Ramadan sont ainsi dans la ville de Sya où les fidèles musulmans s’offrent quelques jours de repos après un mois de carême.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.