La République populaire de Chine a offert, le mardi 18 juin 2019 à Ouagadougou, des intrants agricoles d’une valeur de 20 millions F CFA aux agriculteurs de Bama (Hauts-Bassins) et de Nariou (Centre-Ouest).

L’amitié sino-burkinabè est en marche. En effet, dans le cadre du Projet riz pluvial (PRP) au Burkina Faso, l’ambassadeur de la Chine, Li Jian, a présidé, le mardi 18 juin 2019, à Ouagadougou, une cérémonie de remise d’intrants agricoles à des agriculteurs des Hauts-Bassins et du Centre-Ouest. D’une valeur de 20 millions F CFA et composé, entre autres, de l’engrais chimique (Urée et NPK), ce don est offert précisément par une équipe d’assistance technique de l’Empire du Milieu aux riziculteurs de Bama (région des Hauts-Bassins) et de Nariou (région du Centre-Ouest). Pour Li Jian, cette offre s’explique par le fait que le gouvernement chinois accorde un large crédit au développement agricole du pays des Hommes intègres. Pour cela, a-t-il assuré, la Chine est prête à partager sans réserve son expérience et son savoir-faire dans le domaine avec le Burkina Faso. «Elle fait de son mieux pour le soutenir davantage dans le domaine agricole afin de faire de la sécurité alimentaire une réalité dans un avenir proche», a indiqué Li Jian. A travers ce don d’intrants dont 10 tonnes d’Urée, 10 tonnes de NPK et 3 tonnes de semences pour Nariou et 12 tonnes de NPK, 11 tonnes d’Urée et 6 tonnes de semences pour Bama, la partie chinoise entend développer l’agriculture burkinabè en luttant contre l’insécurité alimentaire.

Lutter contre la pauvreté et la faim

L’ambassadeur Li Jian a également dit espérer que ce geste de son pays va aider à surmonter les difficultés dans ces zones agricoles pour parer aux urgences alimentaires des populations locales. Et cela, a-t-il expliqué, va passer par l’amélioration des semences de riz pour augmenter le rendement de la production rizicole à l’hectare (ha).
Il en veut pour preuve la production de riz cultivé par des agriculteurs burkinabè à Bama et encadrée par des experts chinois qui a atteint 5,8 tonnes à l’hectare soit le double de celle de 2018. Selon le Directeur général des productions végétales, Pascal Soubeiga, l’aide apportée par la Chine s’inscrit dans une action de lutte contre la faim et la pauvreté. Elle matérialise, a-t-il précisé, la solidité des relations bilatérales sino-burkinabè et la solidarité à l’endroit du monde agricole burkinabè. L’initiative, a laissé entendre Pascal Soubeiga, intervient après la réception des sites aménagés de Bama, de Nariou et de Tintilou (Centre-Ouest).
Il a, par ailleurs, salué l’Empire du Milieu pour cette intervention et celles déjà effectuées à travers des réalisations de canaux et d’infrastructures d’irrigation à Bama et à Nariou, l’octroi de repiqueuses de riz, etc. Auparavant, en juin 2018, l’exécutif chinois, a dit Li Jian, a envoyé une équipe d’assistance technique agricole au Burkina Faso. L’équipe a réalisé 37 enquêtes, formé 1 561 personnes en technologie agricole et octroyé des intrants et des équipements agricoles estimés à plusieurs milliards F CFA. Tout récemment, en 2019, la Chine a fait don de machines et d’équipements agricoles au pays des Hommes intègres d’une valeur de 114 millions F CFA, d’intrants agricoles de cinq millions F CFA à Bagrépôle et d’un site maraîcher goutte-à-goutte aux producteurs de Tintilou. La République populaire de Chine compte, aux dires de son représentant diplomatique également lutter contre le terrorisme pour concrétiser toutes ces entreprises en faveur du milieu agricole.

Boukary
BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here