Sociétés d’Etat : les indicateurs sont au vert

La 27e session de l’assemblée générale des sociétés d’Etat et des deux établissements de prévoyance sociale s’est tenue, les 28 et 29 juin 2019, à Ouagadougou, sous la présidence du chef du gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré.

D’un point de vue global, les indicateurs de performance des 19 sociétés d’Etat et des deux établissements de prévoyance sociale sont en croissance au titre de l’exercice 2018. Toutes unies, ces institutions ont contribué à hauteur de 332, 297 milliards FCFA au budget de l’Etat en 2018. Un montant en nette progression d’environ 55,038 milliards FCFA, comparé aux résultats de 2017, où elles avaient enregistré 277,259 milliards FCFA. Il ressort également dans le rapport général que 15 entreprises ont réalisé un bénéfice cumulé de 174,974 milliards FCFA, six sociétés sont déclarées déficitaires avec un déficit cumulé de 2,311 milliards FCFA. Pour le Premier ministre, Christophe Dabiré, malgré le contexte d’insécurité, les résultats sont reluisants.

Il a félicité les différents responsables de société qui ont compris qu’il s’agit d’un exercice obligatoire qui consiste à rendre compte de la gestion publique et de la bonne gouvernance. A l’endroit de La Poste Burkina Faso, l’assemblée générale a encouragé l’équipe directoriale à œuvrer davantage pour assurer une cohésion au sein de l’institution postale. En réponse, le directeur général de La Poste Burkina Faso, Nabi Issa Cloulibaly, a rassuré l’exécutif que des efforts sont déjà faits dans ce sens. Par ailleurs, il a annoncé la création d’une banque postale pour rendre l’entreprise plus opérationnelle.

«Pas question de tuer la poule aux œufs d’or»

Le chef du gouvernement a reconnu que les Maîtrises d’ouvrage déléguées publiques (MODP) méritent d’être renforcées pour plus de résultats. Selon lui, la contribution de ces entreprises au budget de l’Etat est importante et «il n’est pas question de tuer la poule aux œufs d’or».

«Les sociétés en difficulté doivent se mettre en ordre de marche. Mettez en application le code de bonnes pratiques de gouvernance ainsi que les recommandations des missions des corps de contrôle de l’Etat pour bâtir la performance», a déclaré M. Dabiré. Pour le ministre en charge de la fonction publique, Séni Mahamadou Ouédraogo, des efforts sont faits pour renflouer les caisses de l’Etat. Au niveau des ressources humaines, il a «exigé» que les plans de recrutement des sociétés d’Etat soient sous le contrôle de l’exécutif afin de maîtriser les carrières des agents. L’assemblée s’est achevée sous des notes de résolutions communes et individuelles.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.