Vice-présidence de l’Organisation des Premières dames d’Afrique

L’Organisation des Premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD) a tenu sa 23e assemblée générale, le lundi 8 juillet 2019, à Niamey au Niger. A l’occasion, la vice-présidente, Sika Kaboré, l’épouse du chef de l’Etat burkinabè, a passé la main à Antoinette Sassou N’Guesso du Congo Brazzaville. 

Vice-présidente de l’Organisation des Premières dames d’Afrique pour le développement (OPDAD), la Première dame du Burkina Faso, Sika Kaboré a cédé son fauteuil à l’épouse du président congolais (Brazzaville), Antoinette Sassou N’Guesso. A l’occasion de la 23e assemblée générale de l’organisation, le 8 juillet 2019 qui a acté ce passage de témoin, à Niamey, Mme Kaboré a exprimé sa gratitude à ses sœurs pour la confiance placée en elle. Estimant que l’OPDAD se doit d’être proactive en fonction de l’évolution, Sika Kaboré a relevé que les difficultés de trésorerie, même si elles semblent actuellement résorbées, doivent toujours préoccuper l’organisation. «L’OPDAD grandit et beaucoup reste à faire pour que l’organisation continue d’aller de l’avant et capitaliser des victoires comme celles obtenues dans la lutte contre le VIH SIDA», a-t-elle fait savoir. A l’endroit de la nouvelle présidente, Mme Sassou N’Guesso, la Première dame burkinabè s’est réjouie de sa «brillante élection». «Vous avez accouché du bébé appelé OPDAD qui, aujourd’hui, a 17 ans. Rien n’est laissé au hasard dans l’histoire. Si vous avez été portée à sa tête aujourd’hui, c’est pour faire de ce bébé un adulte. Je ne puis que vous souhaiter beaucoup de santé, de force, de courage et de sagesse pour continuer à rassembler notre famille OPDAD qui est plus grande que nos volontés individuelles», lui a-t-elle dit.
Sika Kaboré a exhorté ses sœurs à continuer à l’assister dans l’intérêt exclusif de l’organisation.
A entendre Mme Kaboré, le thème de la 23e assemblée générale, «Collaborer pour transformer l’Afrique : répondre aux besoins des populations vulnérables», s’imposait aux Premières dames, au regard de la nécessité de collaborer avec les acteurs extérieurs à l’OPDAD, mais surtout en son sein pour l’épanouissement des populations vulnérables.

Honoré KIRAKOYA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.