La direction politique nationale du CDP a appelé les militants du Sanguié, à dynamiser le parti dans la province.

Dans le cadre d’une tournée nationale à travers les 45 provinces du pays pour dynamiser le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), son président, Eddie Komboïgo, a rencontré les militants du Sanguié, le dimanche 14 juillet 2019 à Réo.

Les militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) de la province du Sanguié ont accueilli la direction nationale de leur parti, le weekend dernier. En effet, après Zawara le vendredi 12 juillet, Pouni, le samedi 13 et Didyr dans la matinée du dimanche 14 juillet, la ville de Réo a marqué dans l’après-midi, le clou de la sortie provinciale.

«Le CDP n’a pas encore dit son dernier mot, contrairement à certaines allégations qui ne vendaient plus cher la peau de notre parti», a lancé Mélégué Maurice Traoré, aux côtés du président du parti, Eddie Komboïgo et d’autres figures comme Beyon Luc Adolphe Tiao, Eguima Véronique Kando, Moïse Traoré, Topan Sané, Bila Gérard Segda, Catherine Traoré, Jean Bassono, Sali Somé.

A entendre Mélégué Traoré, le CDP est en train de renaître de ses cendres à Réo et dans le Sanguié. Et d’ajouter que la mobilisation du jour «ne fait que rappeler les beaux jours du parti». Comme lui, Luc Adolphe Tiao et Véronique Kando, sont également passés à la tribune pour appeler à un regain de dynamisme du militantisme au CDP.

Pour eux, le parti de Blaise Compaoré a déjà fait ses preuves en matière de développement et du vivre-ensemble et regorge toujours de ressources humaines «valables et capables» de remettre le pays sur la voie du développement et de la cohésion sociale. «Pour redonner cette chance au Burkina Faso, les uns et les autres doivent accompagner le CDP aux prochaines élections pour la reconquête du pouvoir d’Etat, car avec Eddie Komboïgo, c’est un CDP de paix, de l’unité, du développement et non un CDP de règlement de comptes», ont en somme dit les intervenants.

Le président du CDP, Eddie Komboïgo, s’est, pour sa part, réjoui de la mobilisation et a rassuré les militants du Sanguié qu’il n’entend pas démissionner comme certains l’appellent de tous leurs vœux. «Je suis venu ici au Sanguié avec un message de paix, de réconciliation, de reconstruction du CDP. Ce message est bien passé, eu égard à la mobilisation et à la réaction des populations», a-t-il soutenu.

Au sujet de la vie de son parti, M. Komboïgo a estimé que la vision du CDP réside surtout dans le respect des textes, appelant les uns et les autres à se départir des «clichés stéréotypés» afin que le parti reprenne son lustre d’antan. En ce qui concerne l’insécurité qu’il déplore, le président du CDP a indiqué qu’il est urgent de travailler «sérieusement» au retour de la paix afin que les populations retrouvent la cohésion et le vivre-ensemble légendaires.

Quant aux élections, il appelle de tous ses vœux, l’effectivité de celles-ci «à bonne date pour une démocratie plus rayonnante au Burkina Faso». Avant le ballet des officiels, le porte-parole des anciens, Bassambié Bado, celle des femmes, Claudette Kanki et celui des jeunes, Franck Bamouni, ont réaffirmé leur appartenance au CDP et leur engagement à accompagner son président aux prochaines élections.

 

Pascal BAKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.