Le ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, Salifo Tiemtoré, a lancé les fora de zones, le jeudi 11 juillet 2019 à Ouagadougou, dans le cadre de la préparation du forum national des jeunes, en août prochain à Bobo-Dioulasso.

En prélude à leur forum national qui aura lieu en août prochain à Bobo-Dioulasso, les jeunes du Burkina Faso se concertent au sein de quatre zones, à savoir Dédougou, Kaya, Tenkodogo et Ouagadougou, définies par leur ministère de tutelle. Le lancement officiel de ces fora régionaux par le ministre de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, Salifo Tiemtoré, a lieu le jeudi 11 juillet 2019, dans la capitale burkinabè. Des communications sur les méthodes d’organisation pour l’implication efficace des jeunes au développement, la promotion de l’entrepreneuriat et de l’autonomisation économique des jeunes ainsi que les enjeux et défis de la stratégie intégrée de la jeunesse du G5 Sahel sont au menu. Ces rencontres entre jeunes sont placées sous le thème : «Rôle et responsabilité de la jeunesse dans l’édification d’une nation unie, prospère et émergente dans un contexte de lutte contre l’insécurité». Par ailleurs, selon le ministre Tiemtoré, il s’agira, au cours de 48 heures, d’échanges au sortir desquels seront formulés des recommandations et des engagements pertinents à soumettre au président du Faso, lors du prochain forum.
«Les fora régionaux sont un tremplin pour la prise en main par les jeunes de leur destinée», a confié le premier responsable des questions de jeunesse, qui a énuméré les actions en faveur de ses «protégés». Il s’agit de la promotion de l’auto-emploi au financement de micro-entreprises en passant par l’organisation et l’encadrement des associations de jeunes et la formation professionnelle. Salifo Tiemtoré a aussi mis en exergue la nouvelle stratégie du département qu’il dirige, à savoir encadrer les jeunes et non leur imposer des vues ou des projets. Au sujet de la lutte contre le terrorisme, il a tablé sur une prise de conscience de l’évolution de la situation sécuritaire par ses protégés. Il a invité toute la jeunesse du Burkina à participer à la réussite des travaux et à faire des propositions constructives. Quant au président du conseil national de la Jeunesse du Burkina Faso, Moummouni Diala, il a affirmé qu’aucun pays démocratique ne peut prospérer sans sa jeunesse. Il s’est réjoui de la promotion de l’entrepreneuriat choisie par le gouvernement comme stratégie de lutte contre le chômage et le sous-emploi des jeunes. «A travers cette stratégie, la jeunesse burkinabè a désormais tous les moyens pour avancer», a soutenu le président Diala. Tout en invitant ses camarades à une participation active aux échanges et à la formulation de propositions pertinentes, Moumouni Diala, les a exhortés à rester vigilants dans l’évaluation et le suivi de la mise en œuvre des engagements que le gouvernement prendra au forum de Bobo-Dioulasso.

Jean Philibert SOME
Frank POUGBILA
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.