Stratégie nationale d’industrialisation du Burkina Faso : Un nouvel espoir de relance du secteur industriel

Le ministre en charge de l’industrie, Harouna Kaboré, a remercié les acteurs économiques qui se sont engagés à accompagner le gouvernement dans la transformation structurelle de l’économie.

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a procédé au lancement, le lundi 22 juillet 2019, à Bobo-Dioulasso, de la Stratégie nationale d’industrialisation (SNI) au Burkina Faso. Cette stratégie vise le développement de l’industrie burkinabè.

Le gouvernement burkinabè affiche sa volonté de développer l’industrie à travers l’élaboration de la Stratégie nationale d’industrialisation (SNI) au Burkina Faso. En vue de sa vulgarisation, le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a organisé, le lundi 22 juillet 2019, à Bobo-Dioulasso, un atelier marquant du coup, le lancement de ladite stratégie. Sa mise en œuvre doit se dérouler jusqu’à l’horizon 2023.

Selon le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, la transformation des matières premières locales et d’une industrialisation efficace et durable, créatrice d’emplois et de valeur ajoutée au Burkina Faso, la promotion du sursaut national pour une réelle mise en pratique du slogan :«Consommons ce que nous produisons et produisons ce que nous consommons», sont, entre autres les objectifs de la SNI.

A l’en croire, la mise en œuvre de la SNI est bâtie autour de la consolidation du tissu industriel existant par la modernisation des installations et la promotion de l’industrie verte, de l’appui à l’élaboration et au développement des projets industriels, du développement des infrastructures industrielles et de la promotion de la durabilité des unités industrielles.

La SNI a déjà vu des débuts d’implémentation avec, notamment, l’adoption du Plan d’industrialisation accéléré (PIA) et la création du Secrétariat technique chargé de sa mise en œuvre, avec la formulation d’un programme de soutien à l’installation des PME/PMI de transformation des produits agricoles, a fait savoir Harouna Kaboré.

«Toutes ces actions visent à faire du Burkina Faso, un pays industrialisé avec plusieurs unités de transformation de matières premières locales de référence dans la sous-région», a-t-il fait comprendre. En effet, a-t-il indiqué, des efforts sont faits et continueront d’être faits, de concert avec l’ensemble des acteurs, pour conduire le pays vers le chemin de la transformation structurelle de son économie.

«Réussir ensemble»

Le président du groupement professionnel des industriels, Mamady Sanoh dit être heureux de la volonté politique d’accompagner la SNI.

Pour accompagner cette nouvelle dynamique, la brigade mobile de contrôle a été créée, afin de veiller à l’application de la réglementation en matière commerciale et industrielle, foi de M. Kaboré.

Le président du groupement professionnel des industriels, Mamady Sanoh, a dit fonder un «réel espoir sur la politique sectorielle du ministère en charge de l’industrie et particulièrement sur cette stratégie pour la relance de l’industrie nationale, malgré les difficultés». Tout en traduisant sa reconnaissance au gouvernement burkinabè, M. Sanoh a fait comprendre que son groupement est disponible pour l’accompagner dans cette dynamique de relance du secteur industriel.

Pour lui, le lancement de la stratégie est un nouveau pas dans cette «longue marche». «Et nous sommes certains qu’ensemble, nous réussirons cette remontée», a-t-il poursuivi. Il a demandé aux industriels burkinabè de s’approprier cette stratégie et travailler à élever leur niveau de compétitivité afin de reconquérir la demande nationale en constante augmentation.

L’adoption de la Stratégie national d’industrialisation représente une étape importante pour progresser dans la réalisation de cette rubrique, a fait savoir le représentant pays de la Banque africaine de développement au Burkina Faso, Pascal Yembiline. Pascal Yembiline s’est dit convaincu que cette action est en phase avec le Plan national de développement économique et social (PNDES).

«La nouvelle stratégie nationale d’industrialisation contribuera à inscrire l’économie burkinabè sur le chemin d’un développement porté sur une croissance forte, équilibrée et soutenue», a-t-il affirmé. Au cours de la cérémonie de lancement de la SNI, le gouvernement burkinabè a remis avec l’appui de la Banque africaine de développement (BAD), des bons de matériel aux Petites et moyennes entreprises (PME) des régions du Nord, du Centre-Nord, des Cascades et des Hauts-Bassins dans le cadre de l’initiative du renforcement des capacités productives de 130 PME dans les 13 régions.

En effet, la Banque mondiale a consenti la somme de 100 millions F CFA afin de soutenir cette initiative. Tout heureux, les bénéficiaires ont traduit leur gratitude au gouvernement et à son partenaire.

Boudayinga J-M THIENON
Hadidjata ZERBO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.