Sécurisation de la région du Centre : La «mousson» emporte les «sans phares et sans papiers»

Le directeur régional de la police du Centre, Joseph Toni (milieu) : « L’opération s’inscrit dans le cadre de nos missions et vise à sécuriser et rassurer les populations ».

La direction régionale de la Police nationale du Centre a initié une opération de sécurisation de la région dénommée «Mousson», sur toute l’étendue du territoire régional, dans la nuit du 25 au 26 juillet 2019. L’opération visait à sécuriser les populations et protéger leurs biens.

Ce contrôle constitue l’une des deux phases de l’opération de sécurisation de la région du Centre, dénommée «Mousson», initiée par la direction régionale de la police. La première étape s’est effectuée sous l’œil «fouineur» d’une dizaine de journalistes.

19heures 30 ! Les journalistes arrivent par vague au commissariat central de police de Ouagadougou. Après une dizaine de minutes de «rassemblement» des professionnels de l’information dans le bureau du directeur régional de la police du Centre, le commissaire divisionnaire, Joseph Toni, pour une brève présentation de l’objet de l’opération et les moyens humains mobilisés pour la réussite de la mission, nous embarquons à bord d’un mini-bus de la police. Direction : les carrefours de la capitale burkinabè où les équipes de flics sont de plain-pied dans l’opération « Mousson ».

20heures, l’équipe des journalistes, le directeur régional et le commissaire central de la ville de Ouagadougou, Salvador Bougouma, arrivent au carrefour de la gendarmerie de Paspanga, non loin de la SONABEL. «La moisson est déjà bonne», lance un confrère, au vu des engins saisis par les policiers. En une heure de contrôle, ils ont à leur compteur, 20 motos, un tricycle et deux véhicules, fait savoir le chef de poste.

Interpellation au niveau du feu tricolore des automobilistes circulant sans phares, contrôle des documents afférents, fouilles des véhicules, remise de contravention, constituent les tâches de la police en ces lieux. Du retour du campus où il était pour des entraînements dans le cadre de la préparation d’une compétition sportive, Souleymane Ganamé qui partait au quartier Tampouy, est tombé dans la nasse de la « Mousson », pour défaut d’éclairage. «Je suis rentré de Ouahigouya hier. J’ai pris la moto de ma maman aux environs de 17 heures pour me rendre aux entraînements. Je ne savais pas que les phares ne marchaient pas», argumente-t-il.

«Un bon boulot»

Plusieurs dizaines d’engins ont été saisies par la police pour défaut de phares au cours de cette nuit.

D’un interpellé à un autre, les moyens de défense sont quasiment identiques, soit les contrevenants ignoraient que l’éclairage de leurs montures n’étaient pas fonctionnels, ou qu’ils viennent de se couper cette nuit, en pleine circulation. «J’ai quitté Tampouy pour Saaba. C’est en cours de route que les phares se sont coupés.

Il ne restait que la veilleuse qui donnait. Je voulais me débrouiller pour arriver à la maison», relate le commerçant Tiendrebéogo Soumaïla. Pascal Kafando est enseignant à Kombissiri. Il est arrêté par les éléments du commissaire Toni du côté du rond-point de la Patte d’Oie. A ce niveau, une vingtaine de motos sont entre les mains de la police, à notre arrivée aux environs de 21 heures.

Et l’opération se passe bien, dans le strict des consignes données par la hiérarchie, confie le chef d’équipe des lieux. M. Kafando est tout simplement surpris par ce qui lui arrive en cette nuit. «D’habitude, je ne circule jamais sans phares. Mieux, je vérifie toujours l’éclairage de mon engin avant de prendre la route. Car je n’aime pas les contraventions, je suis contre ceux qui ne respectent pas le code de la route.

Malheureusement, je suis en infraction aujourd’hui», commente-t-il, l’air dépité. Ouédraogo Salimata vit dans le quartier Zone 1 de Ouagadougou. Elle a quitté son domicile aux environs de 20 heures pour Pag-Layiri où elle fait de la restauration. Mais elle n’y arrivera pas, ou du moins, pas avec sa moto.

Venant de l’échangeur de Ouaga 2000, elle a été arrêtée à une centaine de mètres du rond-point de la Patte d’Oie, par une équipe de la direction régionale du Centre de la police qui était en service de contrôle des engins à deux roues et les véhicules sans éclairage. A l’instar de Mme Ouédraogo, ils étaient des centaines, les Ouagalais à tomber dans les mailles de la police en cette nuit pour la même infraction. Les interpellés sont unanimes sur le bien-fondé de l’opération de contrôle.

«Ce que la police est en train de faire est bien. Lorsque vous circulez sans phares, vous pouvez provoquer des accidents», confesse Salimata Ouédraogo. L’enseignant de Kombissiri ajoute : «la police fait un très bon boulot. D’abord, le contrôle permet de retrouver les engins volés, d’éviter les désagréments dans la circulation. Ensuite, cela nous interpelle sur nos responsabilités en matière de circulation».

Tout en reconnaissant la pertinence de l’action des policiers du Centre, M. Tiendrebéogo demande leur clémence.

Malheureusement, tous comme les autres, il n’aura son moyen de locomotion qu’à partir du lendemain, après paiement de la contravention et vérification des pièces y afférentes pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’engins volés, fait savoir le commissaire Bougouma. Le premier responsable de la police de la région du Centre, trouve le bilan de la phase 1 de l’opération positif.

«Je suis satisfait du déroulement de l’opération. Je félicite les différentes équipes pour le travail bien fait. L’objectif n’est pas de saisir beaucoup d’engins. Il s’agit avant tout, de rassurer et de tranquilliser la population», précise-t-il. Et pour la réussite de cette opération qui s’est déroulée simultanément dans 34 carrefours de Ouagadougou et 33 carrefours au niveau des six départements du Kadiogo, 550 policiers et 40 éléments des unités d’intervention (BAC et CRS) ont été mobilisés. La deuxième phase de la « Mousson », qui consistait en des patrouilles dans les zones criminogènes, s’est déroulée de 22 heures à 4 heures, loin des caméras et des micros.

Mahamadi SEBOGO
windmad76@gmail.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.