Plan national de développement économique et social

Les membres du Cadre sectoriel de dialogue «Travail, emploi et protection sociale» (CSD/TEPS), du ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, ont tenu le lundi 29 juillet 2019 à Ouagadougou, la revue à mi-parcours 2019. Ils ont pour l’occasion, validé et adopté le rapport sectoriel de performance.

Le ministère de la Jeunesse et de la Promotion de l’Entrepreneuriat des jeunes, a marqué une halte pour dresser le bilan des actions menées au premier semestre de l’année 2019 et dégager des perspectives. La validation et l’adoption du rapport sectoriel de performance a eu lieu le lundi 29 juillet 2019 à Ouagadougou. Bien que les six premiers mois ont été marqués par un contexte difficile en raison des nombreuses attaques terroristes et des revendications salariales au Burkina Faso, le ministre en charge de la jeunesse, Salifo Tiemtoré, a souligné que des acquis ont été engrangés. En effet, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES), de produits attendus au cours de la période 2019, ont été réalisés. En énumérant ces produits, le président du Cadre sectoriel de dialogue «Travail, emploi et protection» social (CSD/TEPS), M. Tiemtoré, a fait cas du retrait des enfants de la rue, le nombre d’emplois créés, la remise de chèques aux jeunes dans certaines régions, en vue d’augmenter leur employabilité, la tenue des olympiades sur les métiers. A la date du 30 juin 2019, 32 produits ont été entièrement livrés, 23 ont un taux d’exécution compris entre 75 et 100%, 50 produits avec un taux compris entre 50 et 75% et 76 produits ont un taux d’exécution inférieur à 50%. «Il y a eu un retard dans le déblocage des ressources financières, mais près de 60% des produits enregistrent un niveau d’avancement de plus de 50%. Ces résultats ont été atteints grâce à l’engagement de tous les acteurs, en particulier les Partenaires techniques et financiers (PTF)», a-t-il justifié. Et d’ajouter que des dispositions sont prises pour la réalisation des tranches restantes d’activités et de réformes, au cours du second semestre. Le chef de file des PTF, Wim Schalenbourg, a pour sa part, signifié que l’année prochaine sera la dernière année de mise en œuvre du PNDES. Il sera pertinent à son avis, d’amorcer la réflexion sur le nouveau cadre 2021-2025, qui devra prendre en compte les acquis actuels et les défis à relever, notamment la crise sécuritaire et humanitaire, ainsi que les mouvements sociaux, qui ‘’secouent’’ le ‘’pays des Hommes intègres’’.

Afsétou SAWADOGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.