60 sous-lieutenants prêts à diriger le combat anti-terroriste

L’Académie militaire Georges-Namoano a organisé, le samedi 3 août 2019, à Pô dans la province du Nahouri, la cérémonie de sortie de sa 18e promotion des élèves officiers d’active. Présidée par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, chef suprême des armées, la commémoration consacre la sortie officielle de 60 sous-lieutenants issus de 12 pays africains.

Après deux ans de formation intense à l’Académie militaire Georges-Namoano, 60 élèves officiers d’active, sur les 62 au départ, ont été déclarés aptes à porter le grade de sous-lieutenant. Les nouveaux officiers ont reçu leurs épaulettes au cours d’une cérémonie de sortie de promotion, le samedi 3 août 2019, au sein de l’école à Pô dans la province du Nahouri (région du Centre-Sud), en présence du chef suprême des armées, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.
Cette 18e cuvée, constituée de 45 Burkinabè dont deux femmes et de 15 autres (dont une Malienne), venus de 11 pays d’Afrique, a pris pour nom de baptême «Combati-vité». Le délégué de la promotion, Stéphane Abdoul Kader Somé, a indiqué que ses frères d’armes et lui, en intégrant cette école le 23 septembre 2017, se sont fixé pour objectif de savoir commander. Et c’est avec détermination, rigueur et assiduité qu’ils ont suivi toutes les étapes de la formation, qui se sont déroulées dans différentes régions du Burkina. «Nous sortons de l’académie, pétris de savoir, d’honneur, de dignité et de dévouement à la cause de nos nations et ce, jusqu’au sacrifice suprême», a-t-il martelé. Désormais aguerris aux métiers des armes et aptes à diriger une section d’infanterie en temps de paix ou de crise, les officiers se sont engagés à prêter main forte aux troupes déjà au front pour plus de victoire dans la lutte contre le terrorisme, qui me-nace la stabilité de la sous-région. Ce serment a été salué par le chef suprême des armées du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Le soutien du président du Faso

«En décidant de prendre comme nom de promotion, Combativité, vous vous engagez à relever, avec abnégation, les défis majeurs que connaissent le Burkina Faso et les pays du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme», a-t-il relevé. Puis de rassurer que de son côté, il mettra tout en œuvre pour accompagner ces officiers dans leur mission. Du reste, le président du Faso dit avoir pris bonne note des doléances des responsables de l’académie à l’effet d’améliorer l’offre de formation des militaires d’élites. «Concernant le bus à grande capacité demandé, je m’engage à satisfaire à cette requête avant la sortie de la prochaine promotion. Pour ce qui est du mur de l’école, j’ai instruit le ministre de la Défense de prendre des dispositions pour sa construction», a fait savoir le président Kaboré. Des engagements qui n’ont pas laissé indifférent le commandant de l’Académie militaire Georges-Namoano, le lieutenant-colonel Didier Yves Bamouni. «Nous remercions le chef de l’Etat pour les efforts déjà consentis pour l’académie et ceux à venir», a-t-il soutenu.
Quant à la capacité des officiers de la promotion sortante à relever les défis, le lieutenant-colonel Bamouni a rassuré que les connaissances tactiques et techniques acqui-ses et les valeurs telles que l’humilité, le sens du devoir, le dépassement de soi et l’intérêt collectif inculqués leur permettront d’atteindre les résultats escomptés.

Opérer des actions rapides

A ses dires, ils ont assimilé les formations à l’exercice de l’autorité, à la mission opérationnelle, à l’entraînement physique militaire et sportif, la formation administrative et technique et la formation générale. Ils ont aussi participé au brevet de parachutiste militaire, à celui de secourisme incendie, au stage de direction de mise en œuvre des explosifs et au permis militaire de conduire. Ils ont, en outre, exécuté des exercices d’exfiltration à pieds de 192 km entre les villes de Léo et de Gaoua en 72 heures, foi du commandant. Ces modules ont été bien assimilés par les élèves, qui ont obtenu une moyenne générale de 14/20, a justifié le chef d’état-major général des armées, le général de brigade Moïse Miningou. «Le major de la promotion s’en tire avec 16/20, tandis que la plus faible moyenne est de 11/20 », s’est-il réjoui. Au regard de la moisson jugée «très satisfaisante», le général a déclaré les impétrants dignes de la ficelle de sous-lieutenant. Il a, à l’occasion, émis le vœu de mobiliser davantage les filles et fils de la nation pour des actions rapides contre les groupes terroristes.
A cet effet, le général Miningou a invité ses collaborateurs à dynamiser tous les maillons de la chaîne militaire et opter pour une communication stratégique afin de gagner les cœurs des populations dans le combat contre l’hydre terroriste.
Le parrain de la promotion « Combativité», le général de division Honoré Nabéré Traoré, a demandé à ses filleuls d’être des soldats disciplinés à l’écoute de la troupe.
Face aux nouvelles menaces, a-t-il indiqué, il faut des soldats bien formés pour donner des ordres. «Ces nouveaux défis sont désormais les vôtres. Et nous sommes convaincus que vous serez à la hauteur », a confié le parrain.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.