Foyers coraniques : Iqra donne «une seconde chance» aux apprenants

L’association Iqra a organisé un déjeuner de presse, le samedi 3 août 2019 à Ouagadougou. A l’occasion, elle a échangé avec les journalistes sur sa campagne de plaidoyer pour une éducation de qualité au sein des foyers coraniques.

Selon le recensement général des foyers coraniques réalisé par le Cercle d’études, de recherches et de la formation islamique (CERFI), en 2013, le Burkina comptait 7 502 foyers coraniques abritant plus de 149 000 apprenants. Et, l’association Iqra veut œuvrer pour une éducation de qualité au profit des apprenants de ces foyers. C’est dans cette optique qu’elle a lancé une campagne de plaidoyer pour une amélioration de l’éducation.

Lors du déjeuner de presse organisé par l’association Iqra, sa coordonnatrice, Hawa Guira, a expliqué que cette vision s’inscrit dans le cadre de l’éducation pour tous. Aux journalistes, Mme Guira a dit que divers projets sont en cours d’exécution pour les apprenants des foyers coraniques. Elle a cité le projet «seconde chance» phase 2 qui intervient dans cinq zones que sont Dédougou, Kaya, Fada N’Gourma, Namissuguima, Seytenga et à Tera au Niger, le projet d’appui pédagogique aux foyers coraniques(Papefco) à Dori dans le Sahel, le projet «Semer la graine de la paix» dans les communes de Djibo, Titao et Djibasso. A cela, s’ajoute le projet «Dialogue et changement social» dans les régions des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Nord et du Sahel.

L’objectif visé par ces projets est de contribuer à une éducation de qualité des enfants qui sont hors du système éducatif formel. «C’est en réalité une alternative à l’éducation potentielle et une porte d’entrée évidente pour toucher une partie importante de la population qui n’a malheureusement pas accès à l’alphabétisation et d’influer à long terme sur les statistiques du MENA en matière de taux brut de scolarisation à l’échelle nationale», a affirmé la coordonnatrice Guira. «Nos actions ont concerné 75 foyers coraniques, avec 110 maîtres coraniques et 4632 apprenants de ces écoles.

Cela a permis d’améliorer le cadre d’apprentissage et la qualité de l’enseignement au sein de ces foyers partenaires», a-t-elle indiqué. A ses dires, l’association capitalise aujourd’hui une expérience solide couronnée de succès.

Des acquis engrangés

Elle a confié que les actions ont permis d’enregistrer 1 714 apprenants déclarés alphabétisés et pris en compte dans les statistiques du ministère en charge de l’éducation nationale, 1 249 actes de naissances établies, 259 actes de naissances établis, 259 cartes d’identité nationale au profit des apprenants des foyers coraniques, 172 maîtres coraniques formés à la pédagogie, à la gestion administrative ainsi que sur les valeurs de paix, de non-violence et la citoyenneté. Avec la situation d’insécurité dans les régions de l’Est, du Nord et du Sahel, comment Iqra compte mettre ses projets en exécution ? A cette interrogation, la coordonnatrice de l’association, Guira Hawa, a répondu qu’ils ont déjà des équipes sur place qui travaillent à la mise en œuvre des projets dans les villages qui ne sont pas encore victimes d’attaques terroristes. Iqra signifie littéralement en arabe ‘’lis’’. Créée en 2010 et reconnue en 2013, l’association est apolitique et à but non lucratif. Son but est de contribuer à l’instauration d’une paix et d’un développement socio-économique et culturel durable au Burkina Faso et dans la sous-région par la promotion d’une éducation de qualité des couches vulnérables et particulièrement des enfants fréquentant les foyers coraniques et des enfants en situation de rue.

Abdel Aziz NABALOUM

Aziz CONGO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.