Le grand imam de la mosquée de Dioulassoba, Siaka Sanou, a imploré «Allah» pour la paix au pays des Hommes intègres.

La fête de la Tabaski a été célébrée à Bobo-Dioulasso, le dimanche 11 août 2019. C’est la place «Wara-wara» qui a accueilli les fidèles musulmans pour la grande prière.

La place «Wara-wara», espace situé entre «les écoles Farakan», a refusé du monde dans la matinée du dimanche 11 août 2019. En effet, la grande prière de la Tabaski, encore dénommée fête du mouton ou Aïd el-Kebir, s’y est déroulée. Dès 8heures, l’espace grouillait déjà de monde. Des fidèles de tous âges, hommes et femmes, bien vêtus, avaient déjà pris place, attendant l’arrivée du l’imam.

8h 30 minutes le grand imam de la mosquée de Dioulassoba, Siaka Sanou, arrive sur les lieux. Une prière de deux cycles, puis un «Taslim» (salutation clôturant la prière), la première étape de la prière a pris fin. Puis s’ouvre maintenant le sermon de l’imam. Un sermon, au cours duquel Siaka Sanou a imploré Allah pour la paix au pays des Hommes intègres. Le dernier acte de cette prière a été le rituel de l’immolation du bélier. Un bélier tout blanc a été égorgé par l’imam, donnant ainsi le feu vert à tous les fidèles à en faire de même dans leurs différents ménages.

La prière s’est déroulée sans incident à la place Wara-wara, à Bobo-Dioulasso.

A l’issue de la grande prière, quelques fidèles ont livré leurs vœux pour ce nouveau cycle qui vient de débuter. C’est le cas de Younoussa Millogo, professeur à l’université Nazi-Boni, ou encore du maire de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou. Tous ont unanimement souhaité la quiétude et le retour de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Pour le bourgmestre de Bobo-Dioulasso, la Tabaski interpelle chacun des fidèles musulmans à se surpasser et à faire preuve de sacrifice, au profit du pardon et du partage.

La ministre en charge de l’économie numérique, Hadja Fatoumata Sanou, était aussi de la partie. Venue prier parmi les siens, elle a souhaité une bonne célébration de la fête de Tabaski à tous les Burkinabè. «Que Dieu facilite le vivre-ensemble dans notre pays», a-t-elle formulé. Comme il est de coutume ces dernières années, autorités administratives et politiques régionales, et les représentants de l’Eglise, ont communié avec les fidèles musulmans.

Alpha Sékou BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.