Le Burkina Faso a obtenu sa première médaille, le mercredi 21 août 2019 par l’entremise de Fayçal Sawadogo en taekwondo. Une médaille qui devait changer de couleur si Fayçal, qui a largement dominé le combat, ne s’était pas laissé surprendre à 3 secondes de la fin. Une défaite regrettable que les uns et les autres tentent d’expliquer.

Le combat de la demi-finale entre le Burkinabè Fayçal Sawadogo et le Marocain Abdelsalam Nour dans les -80 kg est à 3 secondes de son terme. A ce moment, Fayçal menait par 20-17. Alors que l’on s’acheminait vers une victoire du burkinabè synonyme d’une qualification en finale, le pied droit du marocain touche la tête de Fayçal. Stupeur dans le camp burkinabè. Le Marocain, par ce geste marque 3 points. Il revient à égalité de son adversaire. A 20 partout, on fait appelle à la mort subite. Et c’est là qu’Abdelsalam «termine» Fayçal qui se contente de la médaille de bronze. Cette défaite, qualifiée de «bête» par certains a fait mal à la petite communauté burkinabè qui était au complexe sportif prince Moulay-Abdelaah. La déception est grande et le regret froissant pour le principal concerné. « Je suis déçu parce qu’au-delà de la manière dont j’ai perdu le combat, mon objectif n’était pas la médaille de bronze. C’était d’aller en finale et de croiser le champion olympique », a-t-il laissé entendre.

Il reconnaît n’avoir pas su gérer la fin du combat face au très expérimenté Abdelsalam Nour, le champion d’Afrique de la catégorie. L’entraîneur national Tiandama Coulidiaty, lui, parle d’une négligence de la part de Fayçal, qui, selon lui, a baissé la garde vers la fin du combat. Il a nuancé et reconnait que son poulain était fatigué. « Déjà en quarts de finale, ça n’a pas été facile. Mais, il s’est ressaisi pour terminer le combat. Il n’a pas pu bien récupérer », explique M. Coulidiaty. Il estime que le médaillé de bronze aurait dû coller vers la fin du combat. Malgré cette défaite inattendue, le coach national juge le bilan d’ensemble acceptable.

« En attendant la sortie de notre dernier représentant, tous les quatre qui ont tiré ce soir sont parvenus au moins en quarts de finale », se satisfait-il. Pour le Directeur technique national (DTN) de la fédération burkinabè de taekwondo Jean Baptiste Zongo, Fayçal a manqué de concentration. « Sans vouloir chercher des excuses », le DTN estime que les quatre Burkinabè ont été éliminés par des champions africains de leur catégorie. Selon lui, cette défaite servira d’expérience dans le futur pour Fayçal qui participera dans les prochains jours aux opens internationaux de Croatie et de Paris.

Yves OUEDRAOGO
Envoyé spécial à Rabat

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.