Culture de la tolérance et de la paix : Les partis politiques sensibilisés à leur rôle

Le directeur de la promotion de la tolérance et de la paix du ministère en charge des droits humains, Benjamin Sow : «Les partis politiques ont un rôle constitutionnel d’éduquer la population».

Le ministère des Droits humains et de la Promotion civique a organisé un atelier de formation au profit des partis politiques, dans la région du Sahel, sur la culture de la tolérance et de la paix au Burkina Faso. Les travaux se sont déroulés du 27 au 29 août 2019, à Dori.

Parti du constat que le Burkina Faso fait face à une recrudescence des conflits communautaires et des violences de tout genre, alimentés par une crise des valeurs qui fondent la société burkinabè, le ministère des Droits humains et de la Promotion civique a organisé un atelier de formation au profit des partis politiques, dans la région du Sahel sur la culture de la tolérance et de la paix, du 27 au 29 août 2019 à Dori.

Pour le directeur de la promotion de la tolérance et de la paix du ministère, Benjamin Sow, au milieu des acteurs des partis et formations politiques, règne une certaine intolérance. Très souvent, étaye-t-il, les échéances électorales sont marquées par des violences physiques, psychologiques, verbales et des affrontements entre militants qui mettent à rude épreuve la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso. Il précise également que 2020 est une année électorale pour le pays des Hommes intègres et les partis et formations politiques s’apprêtent à aller à la conquête de l’électorat.

Cette conquête, estime M. Sow, doit respecter les principes démocratiques sans porter atteinte à la paix, à la cohésion sociale et à l’unité nationale. Pour ce faire, la formation de Dori a visé le renforcement des capacités d’une vingtaine de représentants des partis et formations politiques sur leur rôle et leur responsabilité dans la promotion d’une culture de tolérance et de la paix en vue de consolider la cohésion sociale.

A en croire le conseiller technique du gouverneur de la région du Sahel, René Nana, les partis politiques jouent un rôle important dans la construction de l’Etat de droit et de la démocratie. Il rappelle que la Constitution du 11 juin 1991 consacre le multipartisme intégral. A l’entendre, la liberté de création des partis politiques a conduit à une floraison de partis et formations politiques dans le pays qui en compte environ 165. Aux termes de l’article 13 de la Constitution, explique M. Nana, les partis politiques «concourent à l’animation de la vie politique, à l’information et à l’éducation du peuple ainsi qu’à l’expression du suffrage».

Cependant, déplore René Nana, force est de constater que la plupart des partis politiques ignorent ce rôle constitutionnel. «Pire, les opérations électorales pendant lesquelles les partis politiques s’expriment restent marquées par des violences verbales, physiques, psychologiques, des affrontements entre militants, des tentatives de corruption et de fraudes électorales», a-t-il conclu.

Souaibou NOMBRE
Snombre29@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.