Les thématiques ont été développées par d’éminentes personnalités qui ont rappelé la mémoire collective et mieux faire découvrir les potentialités économiques.

La ville de Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-Est, a accueilli la dixième étape de la série de conférences régionales du centenaire de la création du territoire de la Haute-Volta, le samedi 24 août 2019. Elle a été placée sous le thème : « De la création de la Haute-Volta à la construction de l’Etat-Nation burkinabè : leçons et défis ». Des thématiques spécifiques telles l’histoire de la région, la culture et la cohésion sociale, ainsi que les potentialités économiques ont été également abordées.

«La Haute-Volta, aujourd’hui Burkina Faso a eu 100 ans, le 1er mars 2019. Le fait de le savoir doit entraîner une prise de conscience, pour nous contemporains, d’œuvrer pour le progrès durable de ce pays ».

C’est ce qu’a déclaré le gouverneur de la région du Centre-Est, Antoine Ouédraogo, à l’ouverture de la dixième étape de la série des conférences régionales du centenaire de la création du territoire de la Haute-Volta, le samedi 24 août 2019 à Tenkodogo.

Pour lui, la commémoration des 100 ans de la création du territoire est un devoir de mémoire qui permet de faire une « introspection réelle  dans l’optique de nous approprier notre passé, de mieux comprendre le présent, pour nous projeter dans l’avenir en toute sérénité ».

C’est dans cette lancée, a-t-il poursuivi, que le gouvernement a adopté en Conseil des ministres du jeudi 29 novembre 2018 un rapport relatif à la commémoration du centenaire de la création de la Haute-Volta sous le thème : « De la création de la Haute-Volta à la construction de l’Etat-Nation burkinabè : leçons et défis ».

Pour le gouverneur Ouédraogo, la célébration des 100 ans de la création de la Haute-Volta est une occasion pour chaque Burkinabè de faire une introspection profonde de sa participation et de son engagement à la consolidation des vertus à savoir : l’honneur, l’humilité, la probité, la solidarité, le dialogue social et la cohésion.

Et d’ajouter que cette commémoration rappelle l’importance de l’histoire comme levain pour raffermir le vivre-ensemble et servir de tremplin pour le développement de la nation burkinabè. « Aussi, une meilleure connaissance de l’histoire et du projet de société de notre pays, contribuera à forger une fierté nationale et un sentiment de patriotisme pour servir de socle véritable pour la consolidation de la justice, la réconciliation, la paix, le civisme, le développement et le vivre-ensemble », a-t-il fait savoir.

Développer l’esprit patriotique

Les participants ont eu une connaissance de l’histoire, des cultures et des langues de chaque région…

En plus du thème central, la conférence, animée par d’éminentes personnalités, sous la modération du contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga, a été meublée par des thématiques spécifiques comme l’histoire de la région, la culture et la cohésion sociale, ainsi que les potentialités économiques.

Dans leur développement, ces thématiques ont rappelé la mémoire collective, la nécessité de renforcer le vivre-ensemble, de développer l’esprit patriotique et de mieux faire découvrir les potentialités économiques au regard des nombreux défis à relever. Il s’agit, entre autres, de la lutte contre le terrorisme et l’incivisme qui appelle un sursaut national, une union sacrée de toutes les filles et fils du pays.

Selon leurs initiateurs, l’objectif global de ces conférences publiques régionales est de mettre en lumière l’histoire et les potentialités socioéconomiques de chaque région dans le but de favoriser la participation de tous à la construction de l’Etat-nation.

Le maire de la commune de Tenkodogo, Harouna Ouélgo, a, par ailleurs, précisé que le rappel de cet événement est « une prise de conscience des sacrifices de nos intrépides devanciers » et des efforts conjugués des filles et fils de ce pays pour bâtir une nation forte et soudée à travers le renforcement du vivre-ensemble et la défense des valeurs communes de tolérance et de quête de la paix dans un élan de solidarité.

Bougnan NAON &
Maïmouna YAMEOGO
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here