Le secrétaire général, Séglaro Abel Somé (milieu) a salué le travail abattu par les acteurs dans la production statistique.

Le Conseil national de la statistique (CNS) a tenu, le vendredi 6 septembre 2019, à Ouagadougou, sa première session ordinaire de l’année. A cet effet, les membres ont examiné et adopté le rapport d’activités de 2018 et le programme statistique national de 2020.

«Satisfaire la demande en données pour le suivi des politiques sectorielles, du PNDES et des ODD : un défi pour les producteurs de statistiques officielles ». C’est autour de ce thème que le Conseil national de la statistique (CNS) a tenu sa première session de 2019 dont le but est de formuler des recommandations qui permettront au système statistique d’améliorer ses performances.

Au cours de cette session, les membres du conseil ont adopté le rapport statistique national 2018, le programme de 2020 et le programme statistique prioritaire 2020-2021.
S’agissant des activités de 2018, c’est avec satisfaction que le secrétaire général, Seglaro Abel Somé, représentant le ministre en charge de l’économie, président du CNS, a dit noter son niveau d’exécution. « Des progrès ont été réalisés. On a, entre autres, la régularité des sessions, l’intensification et la production des statistiques », a-t-il dit.

Au titre des statistiques produites, le rapport fait ressortir, entre autres, la réalisation complète de l’enquête permanente agricole, celle sur les acquis scolaires et l’enquête nutritionnelle nationale. Egalement, peut-on noter, la collecte de l’enquête sur le cheptel, l’enquête harmonisée sur les conditions des ménages. « Les travaux de préparation du 5e recensement général de la population et de l’habitat se sont poursuivis en 2018. Toute chose qui nous permet d’envisager le dénombrement à partir de mi-novembre de cette année », a annoncé le Secrétaire général.

Pour l’année 2020, a-t-il indiqué, des opérations de grande envergure seront faites. Il a cité notamment la poursuite du 2e recensement général de l’agriculture et la réalisation de la 5e enquête démographique et de santé.
Quant au programme statistique prioritaire 2020-2021, a-t-il précisé, il vise à réaliser des activités essentielles au suivi des politiques nationales et des engagements internationaux du Burkina. Dans ce sens, ce programme prévoit une nouvelle enquête multisectorielle afin de renseigner les indicateurs du PNDES, non couverts par les données existantes.

Car, a poursuivi M. Somé, le système national connaît des difficultés dans la mise en œuvre des activités statistiques devant permettre le suivi du PNDES. Il a relevé l’insuffisance de financement, de ressources humaines et matérielles qui impacte négativement sur la capacité de produire, à bonne date, des données.

Le secrétaire général a exhorté les acteurs du système à redoubler d’efforts pour accroître et améliorer la production statistique afin de mettre à la disposition du gouvernement des statistiques de qualité à même de mesurer les progrès réalisés vers l’atteinte des différents objectifs.

En réponse aux difficultés de financement soulevées par le Secrétaire général, le chef de file des partenaires techniques et financiers, Baly Ouattara, a réaffirmé son engagement à accompagner le gouvernement dans la réalisation de statistiques au Burkina Faso. Car, pour lui, l’offre est en retard par rapport à la demande statistique.

Adama SEDGO
(Zoéringré)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.