La 16e conférence des ministres en charge des Technologies de l’information et de la communication (TIC) et des postes de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue, le vendredi 4 octobre 2019 à Ouagadougou.

Les pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) comptent faciliter et promouvoir le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC) pour « un développement décisif et positif ». L’information a été donnée, le vendredi 4 octobre 2019 à Ouagadougou, au cours de la 16e conférence des ministres en charge des TIC. Les ministres ont examiné des documents sur entre autres la politique de la CEDEAO en matière d’accessibilité aux télécommunications/TIC par les personnes handicapées, les marchés pertinents de produits et services et l’état de mise en œuvre des recommandations du forum sur la gouvernance de l’internet en Afrique de l’Ouest. Selon le représentant du Premier ministre, Siméon Sawadogo, les télécommunications sont au cœur de la compétitivité des entreprises et des nations. « Elles constituent également le moteur principal pour l’atteinte des objectifs de développement durable », a-t-il insisté. Il a aussi fait savoir que le gouvernement burkinabé est résolument engagé dans la mise en œuvre d’un environnement propice au développement des télécommunications/TIC. Tout en saluant les progrès substantiels réalisés dans l’espace communautaire, le représentant du chef du gouvernement a signifié qu’un défi, en occurrence le développement de l’industrie numérique demeure. « Sur le sujet, le Burkina a commandité une étude visant la mise en place, à l’horizon 2020, d’un environnement propice au développement des start-up », a –t-il étayé. Pour le ministre en charge de la Télécommunication du Niger, Sani Maïgochi, les actes terroristes sont souvent accomplis ou facilités par l’usage des télécommunications/TIC. C’est pourquoi, il a lancé un appel à l’endroit des acteurs du secteur des télécommunications et TIC pour contribuer à l’identification et à la mise en œuvre de mécanismes de coopération afin de lutter efficacement contre ce fléau qui gangrène la sous-région.

Un secteur décisif

M. Maïgochi a dit être persuadé qu’à l’issue de la session, l’espace communautaire sera doté de cadres de politiques harmonisés, devant permettre au secteur des TIC d’être un véritable outil dans la réalisation de la vision 2020 de la CEDEAO. Le représentant de Zone de l’Union internationale des télécommunications (UIT) pour l’Afrique de l’Ouest, Ali Drissa Badiel, lui, a affirmé que l’apport des TIC à la vie de tous les jours des populations est immense. « S’il est vrai que des 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, aucun n’est spécifiquement dédié aux TIC, il n’en demeure pas moins que les TIC sont transversales à tous ces ODD », a-t-il dit. Et d’ajouter que des e-services notamment e-santé, e-éducation, e-gouvernance sont là pour convaincre les plus sceptiques. Quant au représentant du commissaire en charge des télécommunications, Dr Zouli Bonkoungou, il a déclaré que le secteur des TIC est depuis longtemps reconnu au niveau mondial comme étant un secteur ayant un impact positif et décisif sur les performances et l’efficacité de presque tous les domaines d’activités. « Le développement économique global d’un pays est basé sur le secteur des technologies de l’information et de la communication », a-t-il argué. Il a rappelé que la CEDEAO se focalise sur les domaines prioritaires tels que le développement de l’infrastructure à large bande pour renforcer et optimiser la connectivité régionale, la capacité des Etats membres en matière de cyber sécurité et de lutte contre la cybercriminalité pour accroître la confiance dans l’utilisation de l’internet.

Mariam SOMDA
Frank POUGBILA
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.