Pour le ministre en charge de l’administration territoriale, Simon Sawadogo, le niveau de préparation des élections est suffisamment avancé.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, a présidé, le mardi 1er octobre 2019 à Ouagadougou, la première session du cadre de concertation des acteurs étatiques du processus électoral au Burkina Faso.

Les acteurs chargés de l’organisation des prochaines élections au Burkina Faso s’activent pour la réussite du processus. C’est dans ce sens que s’est tenue, mardi 1er octobre 2019 à Ouagadougou, la rencontre des membres statutaires du cadre de concertation des acteurs étatiques intervenant dans le processus électoral.

Pour le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo, qui a présidé la rencontre, l’objectif de ce cadre est de promouvoir et de renforcer la collaboration entre les institutions de l’Etat impliqués dans la conduite de l’organisation du processus électoral, de renforcer la concertation et la communication entre les acteurs concernés. « Il s’agit de capitaliser les actions entreprises par les uns et les autres, conformément à leurs rôles afin de permettre à l’Etat d’avoir une idée globale des besoins », a-t-il indiqué.

Selon le Représentant-résident du PNUD au Burkina, Mathieu Ciowela, la rencontre a permis d’harmoniser les vues sur l’organisation du processus électoral.

Il a ensuite fait savoir qu’à l’orée de 2020 et 2021, date des prochaines échéances électorales, il est tout à fait opportun que les acteurs ayant en charge la tenue des élections puissent se concerter afin d’harmoniser les points de vue en vue de leur parfaite réussite. Sur le niveau de préparation, Siméon Sawadogo a fait savoir qu’elle est suffisamment avancée. Pour preuve, il a cité, entre autres, la prise du décret permettant la révision du fichier électoral et la constitution du fichier des Burkinabé résidant à l’extérieur. Toute chose qui, de son avis, un crucial dans un processus électoral.

« Actuellement, la CENI est en train de travailler à opérationnaliser la mise en place de ces structures et nous sommes en train de voir quelles sont les besoins réels au fur et mesure que l’on avance pour ces élections », a-t-il dit. Le Représentant-résidant du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Mathieu Ciowela, lui, s’est réjoui de la tenue de cette rencontre qui, à l’en croire, a permis aux acteurs d’être au même diapason en ce qui concerne le déroulement du processus et d’apprécier ce qui peut être fait pour la suite.

« Nous apprécions la tenue de cette rencontre qui nous a permis d’avoir assez d’information sur le niveau de préparation des élections », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que sa structure restera toujours aux côtés du Burkina Faso jusqu’aux échéances électorales à venir afin d’aider à consolider la démocratie à travers des élections réussies. Institué en 2015, le cadre de concertation des acteurs étatiques du processus électoral est chargé, entre autres, de définir la bonne collaboration entre les différents acteurs, d’aplanir les difficultés, assurer le suivi et l’évaluation du processus électoral, etc.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.