Des experts de l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) en compagnie de ceux de l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) ont visité, le mercredi 2 octobre 2019, des sites de démonstration et de production semencière de variétés hybrides de mil et d’arachide à Gampèla.

L’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) en collaboration avec l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) a mis au point une station de démonstration de variétés hybrides de mil et d’arachide à Gampèla, à la sortie Est de Ouagadougou. Une équipe des deux instituts est allée constater l’évolution des cultures dans la station, le 2 octobre 2019. Ainsi, les chercheurs ont sillonné le champ de variété hybride de mil et celui d’arachide. Du constat général, le mil est au stade d’épiaison et de floraison.
Quant aux variétés d’arachide, elles sont au stade de maturation. Après la visite de ces deux champs, les experts se sont rendus dans le centre semencier de l’Entreprise et promoteur de produits agricoles modernes (EPAM) situé à un jet de pierre de la station de démonstration.
Là, les visiteurs du jour ont pu constater la bonne physionomie des trois variétés hybrides de mil.
Il s’agit de la variété IKMH 18001 sur une superficie de 1200 m2, celle SONU sur une superficie de 1250 m2 et la variété ICMH 177111 sur une superficie 1250 m2. Semées le 12 juillet passé, toutes ces spéculations sont au stade d’épiaison et de floraison. Le sélectionneur du mil à l’INERA, Dr Inoussa Drabo, a justifié que la visite entre dans le cadre des activités de recherche de l’INERA sur le mil et d’autres variétés. En termes de sélection de mil, a-t-il mentionné, chaque année l’INERA développe beaucoup de variétés et de matériels qu’il met en expérimentation pour regarder leur expression et faire de la sélection. «Nous pouvons mettre en expérimentation une centaine de variétés pour voir la résistance aux maladies, la performance, la physionomie générale, la précocité et nous sélectionnons 10%, les plus performants. Si nous faisons la sélection au niveau de la station et si le matériel (variété) est performant, nous le soumettons aux compagnies semencières pour la production au profit des paysans», a signifié Dr Drabo.
A cet effet, a-t-il fait savoir, l’INERA a pu sélectionner un très bon hybride de mil et qui est bien adapté au Burkina Faso. «Il y a plus de 500 producteurs qui ont pu tester cette variété et nous avons pu contacter plus de 290 producteurs qui étaient favorables à l’adoption de cet hybride. Nous sommes en train de soumettre cette variété pour homologation au Burkina Faso», a signalé l’expert de l’INERA. Cette variété, a-t-il renchéri, a été mise en démonstration avec trois compagnies semencières à savoir l’EPAM à Gampèla, NAFASO à Bobo Dioulasso et FAGRI à Tanghin-Dassouri qui sont toutes convaincues de sa performance.
Cet hybride est nommé pour le moment IKMH 18001, mais les paysans pourront le renommer, a-t-il souligné.
La chercheure à l’INERA, Elisabeth Zida, a apprécié positivement l’évolution des variétés hybrides de mil dans le centre semencier de l’EPAM. «Nous pensons que beaucoup de producteurs vont opter pour cette variété parce que réellement elle produit bien», a-t-elle espéré. L’hybride, a-t-elle expliqué, c’est du matériel issu d’un croisement de deux parents. L’hybride en principe, a-t-elle rassuré, est plus performant que les deux parents.

Kowoma Marc DOH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.