Commune de Kordié : le village de Perkoa, bientôt doté d’une école

L’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Tamotsu Ikezaki, a signé une convention pour la construction d’une école au profit du village de Perkoa dans le département de Kordié dans le Centre-Ouest avec le coordonnateur de l’association Nimbus enfance environnement éducation et développement, Laciné Sawadogo, le vendredi 11 octobre 2019 à Ouagadougou.

A Perkoa, un village du Centre-Ouest, les élèves prennent cours sous paillote. Mais plus pour longtemps, eu égard à une convention signée le 11 octobre 2019 entre l’ambassade du Japon au Burkina Faso et l’association Nimbus enfance environnement éducation et développement (NEEED). Cet accord a scellé entre les deux entités un partenariat par lequel la partie japonaise s’engage à mettre un peu plus de 48,5 millions de francs CFA à la disposition de l’association burkinabè aux fins de construire une école de 3 salles de classe, un magasin, un bureau du directeur ainsi que la réalisation d’un forage dans le cadre de son programme de coopération en appui aux microprojets locaux. «Je me réjouis que dans un futur proche, l’école de Perkoa puisse assurer chaque année la scolarisation de 200 à 300 enfants et encore plus à l’idée de savoir que cette modeste contribution de mon pays impactera positivement la performance scolaire de vos enfants», s’est félicité l’ambassadeur nippon, Tamotsu Ikezaki.

A l’adresse de l’association NEEED, il a indiqué que cet accord est le symbole d’une confiance basée sur une perception commune que l’éducation pour tous est la voie idoine pour réaliser un monde meilleur. «Au Japon, on dit que l’enfant est un trésor. C’est notre richesse de demain. Il faut alors investir dans son éducation pour espérer de lui de grandes choses». Le contexte sécuritaire burkinabè renforce davantage la conviction du diplomate persuadé qu’une école qui s’ouvre est une forteresse contre le terrorisme et toutes les formes de radicalisation. Mais M. Ikezaki a aussi souligné que ce partenariat naissant recèle «une lourde responsabilité» pour la réalisation d’infrastructures de qualité dans les délais et conformément aux termes du contrat. Il a, par ailleurs, souhaité que les bénéficiaires fassent un bon usage des infrastructures qui leur seront affectées, de sorte que les 48,5 millions francs CFA du contribuable japonais soient un investissement durable.

Le coordonnateur de l’association NEEED, Laciné Sawadogo a donné l’assurance que les travaux seront réalisés diligemment. «Dès que les fonds seront mis à notre disposition, nous allons commencer les travaux avec les entrepreneurs que l’ambassade même a choisis. Il faut d’abord trouver un point d’eau potable, c’est ça qui cause généralement du souci», a expliqué M. Sawadogo. Il s’est réjoui que l’ambassade ait répondu favorablement à leur requête visant à permettre aux enfants de Perkoa de recevoir l’instruction dans une école dotée des infrastructures adéquates. Au-delà de ce partenariat, Laciné Sawadogo a fait le plaidoyer pour que l’association NEEED devienne un partenaire de mise en œuvre au Burkina Faso des actions de développement de la représentation nipponne. L’ambassade a comptabilisé, à ce jour, 1 410 salles de classe et 43 collèges d’enseignement général réalisés au Burkina Faso.

Fabé Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.