Le major Sassan Kambou a reçu son diplôme des mains du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré (gauche).

L’Ecole nationale d’administration et de magistrature a organisé, le vendredi 18 octobre 2019 à Ouagadougou, la sortie officielle des élèves issus de la promotion 2017-2019. Ils sont au total 1641, toutes catégories confondues, à recevoir leurs parchemins.

‘’Innovation’’, c’est le nom de baptême des 1641 élèves en fin de formation à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Ces énarques de la promotion 2017-2019 de catégories C, B et A ont reçu leurs parchemins, le vendredi 18 octobre 2019, au cours d’une cérémonie patronnée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré. Ce dernier a invité les sortants à être des futurs agents dont l’ambition doit être la quête d’une administration innovante au service du citoyen.

«Acteurs de l’innovation, vous devez être capables d’assurer tout au long de votre parcours professionnel, les missions de garants des valeurs républicaines, de défenseurs de l’intérêt général», a-t-il lancé. Il les a appelés à plus d’engagement et de don de soi, car, a-t-il regretté, les nombreuses revendications sont révélatrices d’un profond malaise au sein de l’administration publique.

Au regard de cela, il pense que la gestion des affaires publiques doit connaître un changement induisant une révision du mode de fonctionnement et une réflexion autour d’un recentrage du rôle de l’Etat. Tout en exprimant sa reconnaissance à l’administration de l’institution, le Premier ministre a rappelé que l’ENAM créée depuis 1959, creuset de la formation des ressources humaines du Burkina, s’acquitte avec professionnalisme de cette mission.

La représentante du parrain, Micheline Ilboudo, chargée de missions à la Direction générale des douanes, a traduit sa fierté d’être choisie par les énarques. Tout en félicitant la direction générale pour les réformes entreprises à l’ENAM, elle a exhorté ses filleuls à la rigueur, à l’éthique professionnelle et à l’amour de la patrie. En réponse, le délégué des élèves, Arthur Abdel Aziz Ki, s’est engagé au nom de ses camarades à être des modèles d’agents pour la fonction publique.

Rationaliser les écoles de formation

Les 1641 énarques sont aptes à servir dans l’administration.

Pour le directeur général de l’ENAM, Awalou Ouédraogo, cette sortie de promotion constitue un moment de réflexion profonde sur l’avenir du Burkina Faso. Car, a-t-il estimé, l’administration publique est malade.

«Il faut que nous ayons le courage de lui administrer les vrais remèdes. C’est une question d’enseignement et de formation. Si nous ne formons pas bien la jeunesse d’aujourd’hui, nous sommes en train collectivement d’échouer notre vivre- ensemble», a-t-il dit. La preuve, a-t-il poursuivi, une série de réformes est entreprise au sein de son institution.

Il cite entre autres, l’instauration d’une formation expérientielle fondée sur l’acquisition de la compétence, la formation militaire et la mobilisation des ressources auprès de privés pour reconstruire l’école qui souffre de manque d’infrastructures. «Nous avons relu le contenu de nos curricula pour répondre aux vraies exigences de la fonction publique burkinabè», a-t-il ajouté.

Car, l’ENAM, selon lui, n’a pas le droit d’échouer dans la formation, sinon c’est toute l’administration publique qui se portera mal. «Nous allons poursuivre les réformes et avec plus de rigueur et de pragmatisme», a-t-il promis.

A l’endroit du chef du gouvernement, Awalou Ouédraogo a émis le vœu d’engager des réflexions en vue de rationaliser les écoles de formation professionnelle. «J’ai l’impression que chaque ministère doit avoir son école. Ça n’existe nulle part», a-t-il indiqué. A ce sujet, il a souligné que la direction générale a décidé de fermer certains de ses instituts régionaux pour concentrer ses efforts sur Bobo-Dioulasso et Fada N’Gourma.

«En procédant ainsi et en réduisant les volumes horaires au profit de la pratique, nous avons économisé plus de 300 millions cette année», a-t-il conclu.
La cérémonie a été l’occasion pour les énarques de reconnaître le mérite de sept encadreurs à travers des trophées.
Le trophée de la personnalité énarque a été attribué à Boukari Khalil Bara, Secrétaire permanent du 11-Décembre.

Adama SEDGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.