Une trentaine de participants membres d’OSC réfléchissent à la mise en place du comité de suivi, pour la coordination de leurs initiatives diverses.

Le Réseau ouest-africain pour l’édification de la paix (en anglais WANEP) réunit une trentaine d’organisations de la société civile, les 23 et 24 octobre 2019 à Ouagadougou, dans le cadre d’une consultation nationale en vue des élections de 2020. Le lancement officiel des activités organisées sur le thème : «Défis de coordination des efforts en faveur de la cohésion sociale : quelles responsabilités pour les OSC ?», a eu lieu le 23 octobre 2019.

Le Réseau ouest-africain pour l’édification de la paix (WANEP), sur la base de ses analyses de la situation socio-sécuritaire du Burkina Faso, craint que les échéances électorales de 2020 viennent détériorer davantage le climat social déjà précaire du pays.

La section burkinabè de l’organisme sous régional a donc initié un processus de consultation nationale des Organisations de la société civile (OSC) travaillant sur les questions de sécurité, de gouvernance, de démocratie et de cohésion sociale, pour créer une synergie de toutes les actions entrant dans le cadre de la préservation de la cohésion sociale.

L’ouverture des travaux de cet atelier de 48 heures a eu lieu le mercredi 23 octobre 2019 à Ouagadougou. Durant les deux jours, les participants auront droit à deux communications, l’une sur la situation du pays à l’orée des prochaines élections, notamment les risques sécuritaires qui menacent même la tenue des consultations électorales dans certaines zones, l’autre sur une présentation des approches des différentes OSC en matière de cohésion sociale ainsi que les pistes de solutions pour des synergies d’actions.

Des travaux de groupe sont aussi prévus afin de réfléchir à la mise sur pied d’un comité de suivi pour la coordination des initiatives de la société civile en matière de cohésion sociale. Le but ultime est qu’au sortir de cette consultation, une orientation stratégique des interventions des OSC soit établie, des actions concrètes identifiées et un comité de suivi, mis en place, a expliqué le coordonnateur national de WANEP-Burkina, Boris Somé.

«Nous sommes partis d’un constat que beaucoup de choses se font au niveau du gouvernement, des partenaires au développement et des acteurs de la société civile, mais qu’une coordination fait défaut», a-t-il indiqué, à propos des raisons de cette activité.

A l’entendre, il s’agit de coordonner toutes les initiatives œuvrant dans le domaine de la cohésion sociale pour que les populations en ressentent véritablement les retombées. Vincent Sawadogo, le directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre en charge de la cohésion sociale, a exprimé la solidarité de son département pour cette initiative du WANEP. «Nous sommes disposés à les accompagner pour que les actions envisagées puissent aboutir de sorte que les élections de 2020 soient apaisées et que la cohésion sociale soit au rendez-vous», a-t-il soutenu.

Fabé Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here